[Test] Ambit 3 Run HR blanche : faut-il être un baroudeur geek pour avoir une Suunto ?

AVERTISSEMENT : l’électronique grand public, et surtout les objets connectés, sont en constante évolution au niveau de leur logiciel interne et des logiciels compagnons. Il est donc important de replacer ce test dans le temps. Dans la version de l’article que vous lisez, le logiciel interne de l’Ambit 3 est en V.2.0 (Juin 2015). Nous faisons des mises à jour datées si les apports et corrections remettent fondamentalement en cause ce que nous avons écrit. 

Sommaire :

Une montre GPS pour les filles ?

Ainsi donc, baby bloggeuse rédige ce jour son premier billet « geek ».

Elle teste, depuis 2 gros mois déjà, sa première montre Suunto. L’Ambit 3 Run, pour être précise. Version HR pour être encore plus précise. Donc avec une ceinture cardio-fréquencemètre pectorale. Sinon, elle va peut-être arrêter d’écrire à la troisième personne, parce que ça risque d’être pénible, très rapidement.

Je ne sais pas trop à quoi m’attendre lorsque je reçois la montre en question. J’ai toujours eu l’impression que les Suunto étaient énormes et compliquées à utiliser, alors j’appréhende un peu. J’ouvre la boîte. Première surprise : la montre est blanche ! Et, ma foi, je dois dire assez jolie, contrairement à ce que l’on pourrait croire de la part d’une marque pour « baroudeur ». Elle est un peu salissante, certes. Le design est beau. Mais pas assez pour que l’objet soit portée au quotidien. En tout cas pas pour un poignet féminin. En tout cas pas pour le mien.

Contenu de la boite : la montre, la ceinture cardio Smart Sensor et le câble USB?

Contenu de la boite : la montre, la ceinture cardio Smart Sensor et le câble USB

Je l’essaie et j’ai vraiment l’impression que la couleur atténue la grosseur. Elle n’est pas si encombrante. Le poids n’est pas énorme, et le silicone du bracelet est d’une douceur incroyable. Elle me plaît déjà. Ça commence bien.

Mais diantre ! Il faut la configurer. Et là, c’est le drame… La notice jointe est quelque peu, voire très peu explicite. Je me rends directement sur le site pour en trouver une meilleure. Puis mon geek de mari, accroc à son Ambit 3 Peak, m’oriente de suite sur Movescount, la plateforme dédiée qui va bien.

Le paramétrage ... la perplexitude ...

Le paramétrage … la perplexitude …

La mise en place est un peu prise de tête, on ne va pas se mentir. Il faut paramétrer, sur la plateforme, les écrans que l’on souhaite voir apparaître sur la montre. Je peux en créer plusieurs, et ça c’est top. Je crée immédiatement les activités Trail, Compétition, Free Run et Urban Running (entraînement). Le choix des éléments à afficher sur l’écran pour chacune d’entre elles laisse parfois un peu pantois. Par exemple, je n’arrive pas bien à voir la différence entre les options « vitesse », « vitesse moyenne » et « vitesse de parcours » (note JG : « Parcours » est un des nombreux mot utilisés par Suuntoo pour désigner un « tour » ou « lap » sur tes autres montres. Le truc que tu utilises pour tes fractionnés). Il y en a sûrement une. Je ne sais pas. Ce n’est pas clair. Je choisis un peu au pif en me disant qu’il sera toujours possible de changer si besoin.

La personnalisation des écrans dans un mode sportif.

La personnalisation des écrans dans un mode sportif.

Une fois les trucs paramétrés, il faut synchroniser la montre pour les télécharger à l’intérieur. Via une pince reliée à l’ordinateur qui connecte la montre à une application préalablement téléchargée et installée, Moveslink, qui n’est pas sans me rappeler Garmin Express. On peut aussi faire tout cela via le bluetooth qui connecte la montre à l’application mobile compatible, Movescount App, pour iPhone ou Android. Un peu complexe, disais-je.

Et encore, je n’ai pas creusé les fameuses « Apps » de Suunto, ces petites fonctions que l’on peut ajouter via un store à la mode Apple. JG, en bon mari geek qui veut toujours montrer un maximum de chose (Note de JG : d’où ce blog 🙂 ) , se charge de m’en installer une sympa, « %VMA » qui va donc m’afficher mon pourcentage de VMA pendant mes entrainements fractionnés. Je n’ai pas vraiment suivi le mode opératoire. Je sais juste que je peux désormais choisir l’apps comme les autres données dans mes écrans. Honnêtement, désolé pour l’enthousiasme de JG, mais je peux très bien me passer de cette fonction. D’un autre côté c’est une bonne nouvelle, les « Apps » ne sont pas obligatoires pour utiliser sérieusement une Ambit 3.

It’s running time !!!

Mon côté geek étant plus que limité quand il s’agit de course à pied, il est temps de chausser les baskets et sortir tester la bête ! Et là, vous ne me croyez pas (mais si !), elle m’arroche les GPS en genre 30 secondes (mais non !)

30 SECONDES !?!  

Joie. Bonheur. Arc en ciels !!!

Bon d’accord, ma Tomtom Runner accrochait déjà les satellites très rapidement. Et oui, c’est aussi vrai que ma Garmin 310 XT est un peu vieille et donc assez lente. TRES LENTE. C’est quand même  un choc !

Je choisis mon mode footing « Free Run ». Dans les paramètres de ce mode, j’ai activé l’Auto-stop. Ainsi le chrono s’arrête en même temps que moi . Aux feux rouges par exemple. (Note de J.G. en fait, l’auto-stop se déclenche  quand tu passes en dessous de 2 km/h jusqu’à ce que tu repasses à au moins 3km/h. À désactiver en trail quand tu montes)

Y'a pas que le trail dans la vie (10 km de l'Equipe).

Y’a pas que le trail dans la vie (10 km de l’Equipe).

Les boutons sont un peu durs à manipuler, et je n’arrive pas tout de suite à passer d’un écran à un autre sans faire n’importe quoi, trop habituée aux boutons de la Garmin. Mais dans l’ensemble ça se passe plutôt bien. Je frime un maximum avec ma nouvelle montre toute neuve qui en jette de ouf. Et j’aime bien avoir des tas d’infos affichées sur mon écran. J’ai juste désactivé les notifications en provenance de mon téléphone, parce que j’en ai un peu rien à faire de savoir que machin m’a envoyé une vidéo de chaton trop mignon sur mon Facebook, pendant que je cours. Bref, passons.

Synchro Movescount et Strava

En rentrant, je synchronise ma Suunto par Bluetooth sur l’appli mobile. Comme j’ai pris soin de lier les deux comptes, sur les conseils de mon mari, les données sont automatiquement transférées sur Strava, pour les partager avec les potes. Je peux aussi retrouver mes données sur Movescount, qui est l’équivalent de Garmin Connect et qui, soit dit en passant, est plus agréable à parcourir !. Le transfert d’activité est simple. Et j’aime quand c’est simple. Adieu clef USB ANT+ ! On t’aimait bien .. ou pas (surtout sur mac…).

L'application mobile permet de synchroniser la montre avec toutes les données de Movescount : activités, parcours, POI, entrainements, paramétres

L’application mobile permet de synchroniser la montre avec toutes les données de Movescount : activités, parcours, POI, entrainements, paramétres

Je multiplie les essais au cours des entrainements. Les réflexes viennent vite et bientôt j’ai tout compris aux boutons et à ce vers quoi ils renvoient. Les « laps » sont un peu périlleux car le bouton associé est assez dur à enfoncer. Et puis, si la montre balance un petit bip de circonstance à chaque lap, je regrette qu’elle ne vibrote pas un instant, comme sur la Garmin.

Je la teste avec ceinture cardiaque, ce que je n’ai jamais fait avant avec aucune montre. Je trouve la fonction amusante, mais comme je m’en passe depuis le départ, n’y vois pas grand intérêt. Disons que cela ne m’est, dans l’immédiat, d’aucune utilité. Ce qui ne m’empêche pas de la porter pour voir les courbes que ça dessine (geek un jour…). Et cela permet de calculer un temps de récupération que l’on peut surveiller via un écran dédié.

Autonomie

La batterie me semble tenir convenablement sur plusieurs séances sans avoir besoin d’être rechargée. Son autonomie maximum est sensée être de 8 heures. On ne doit pas en être loin. Je mets cette dernière à l’épreuve sur le Trail des passerelles, 37 km, 1900m D+, 36 degrés Celsius. Et après 6 heures 49 de course, la montre affiche 42% de charge restante. Évidemment, sur un ultra (au Cambodge, en Janvier prochain, par exemple), cela risque de ne pas suffire. Mais je m’en fous. Ce n’est pas comme si je courais un ultra tous les mois. Pour l’utilisation que j’en ai, je crois que 8 heures d’autonomie me suffisent. Pour le reste mon ancien tank Garmin fera bien l’affaire, si jamais.

La pince du cable USB. A noter que la montre ne s'arrête pas quand on la met en charge. Cela peut permettre de la recharger pendant un trail avec une batterie ou un chargeur solaire (ce dernier est à éviter pour la Saintélyon)

La pince du cable USB. A noter que la montre ne s’arrête pas quand on la met en charge. Cela peut permettre de la recharger pendant un trail avec une batterie ou un chargeur solaire (ce dernier est à éviter pour la Saintélyon)

Un matin, j’intègre dans la montre un parcours, une trace GPS préparée et partagée par mon mari sur Movescount. Celui des 25 bosses, Forêt de Fontainebleau, mon amour <3. Une fois lancé sur le circuit en question, mon nouveau jouet bippe à chaque point de passage (waypoint). Sur le parcours que j’utilise, on en a placé un au sommet de chacune des fameuses 25 bosses, avec un nom et un numéro. Pratique pour savoir où on en est. Quand le suivi de la trace à l’écran n’est pas assez clair vu les choix qui s’offrent sur le terrain, l’écran de type boussole m’indique la bonne direction. La fonction marche très bien. Il lui manque juste, selon moi, le bip et le vibrage pour prévenir en cas de déviation intempestive de la trace. Bien pratique pour éviter de se paumer !

Les 3 modèles d'Ambit offre les fonctions de navigation très efficace.

Les 3 modèles d’Ambit offre les fonctions de navigation très efficace.

Conclusion d’Anne-Claire

Bien sûr, mon test est, d’un point de vue technique, vachement moins poussé que celui de JG sur sa Peak. Et sur tout le reste d’ailleurs. Il faut dire que l’engin présente déjà pour moi déjà énormément de possibilités. Que je n’ai pas eu le temps, ni d’ailleurs le besoin, de tester en intégralité.

Si comme moi, vous cherchez une montre performante, fiable et pas HYPER compliquée, je pense que l’Ambit 3 Run est plus que suffisante. En fait, elle est un bon intermédiaire entre la montre de running basique et la montre plus sophistiquée (les multisports par exemple, qui offrent ENCORE PLUS de possibilités). Elle est exigeante sans être trop prise de tête.

D’ailleurs pour tout vous dire, je ne me vois pas trop retourner sur mon ancienne Garmin. Ni sur aucune Garmin en fait.

Trop envie de garder celle-là !

Les plus

  • Le design, la couleur blanche.
  • Le confort du bracelet en silicone.
  • Moins lourde que les modèles pour baroudeurs habituels de la marque
  • La rapidité d’accroche des signaux GPS
  • Tout y est pour un entrainement sérieux : fractionné, temps de récupération, alarme, chronomètre …
  • Les modes sportifs et les écrans personnalisables.
  • Les fonctions de navigation sur une trace GPS ou vers un point d’interêt (POI).
  • Une fois paramétré Movescount et l’application mobile, on ne se pose plus de question.
  • Le lien avec Strava.
  • Note de J.G. : Et c’est la même qu’Emelie Forsberg (championne du monde de sky running). Oui c’est important.
La Peak sur la balance ...

La Peak sur la balance …

On gagne 16g sur la Run

On gagne 16g sur la Run

Les moins

  • Le paramétrage est un peu compliqué au départ pour les non geeks. La bonne nouvelle c’est qu’il existe une multitude de sites et de blogs qui peuvent vous aider, à commencer par celui-ci.
  • Les boutons un peu durs au début.
  • Dommage qu’il n’y ait pas un vibreur pour les alertes.
  • La version avec HR vaut quand même 299€ (249€ sans le cardio, sachant que tout cardio Bluetooth est compatible). C’est un investissement mais c’est une Suunto.

A noter qu’elle est également disponible en vert citron fluo et noir. La Sport est disponible en rouge corail, bleu et modèle sapphire blanc et rose. La Peak n’est disponible qu’en noir et en modèle sapphire (verre inrayable).

Le test complet de l’Ambit 3 Peak par Jean-Guillaume est ici.

Vous pouvez trouver la Suunto Ambit 3 Run HR blanche chez irun.fr (lien affilié)

Pour aller un peu plus loin, Le grain de sel technophile de J.G.

Le but était d’avoir l’avis d’une non geek sur une montre d’une marque qui a une réputation d’outil trop gros et aux fonctions compliquées,  limitées à des experts assez geeks. Pour ça, le test est concluant. J’ai juste du l’orienter au début pour le paramétrage et lui ai préparé la trace GPS. On n’est pas obligé de se noyer dans les « apps » et autres fonctions sophistiquées pour utiliser une Suunto Ambit 3 avec toute sa richesse. Et le modèle « Run », existant depuis la version 2R, est justement fait pour un public running moderne et connecté.

Par rapport à mon test technique de l’Ambit 3 Peak, la Run a quand même pas mal de points communs pour une fraction du prix. Mettons tout de suite de côté l’autonomie, vu que la Peak affiche le double dans tous les modes, du standard au mode économique.

Certes la Run n’a pas les fonctions dédiées au vélo (couplage de capteur de cadence, vitesse à la roue ou puissance) ni à la natation en piscine (reconnaissance de la nage, reconnaissance des demi-tours …). C’est d’ailleurs la SEULE différence avec le modèle Ambit 3 Sport qui, comme son nom l’indique, est multi-sport. Comme la « Sport », elle n’a pas non plus d’altimètre/baromètre mais affiche les altitudes et les dénivelés des points GPS.

Pour tout le reste, vous pouvez avoir des précisions en lisant mon test de la « Peak » et les différents articles que j’écris sur l’Ambit. A l’avenir, vu qu’Anne-Claire garde la montre, je préciserai si quelque chose est limité à la Peak ou marche aussi sur la Run et la Sport.

Par exemple, le planificateur d’entrainement fractionné sur l’application mobile marche parfaitement sur la Run. Encore heureux, vu le nom. Vous pouvez donc suivre mon tutorial sur le sujet. Anne-Claire s’en servira peut-être un jour mais le but du test était qu’elle utilise cette montre comme elle utilise sa TomTom Runner ou ma vieille Garmin 310XT, son choix jusqu’à présent pour le trail.

Dans le même ordre d’idées, citons les fonctions sympathiques qu’Anne-Claire n’a pas encore testé :

  • génération d’un film 3D sur Youtube avec incrustation des photos prises pendant une activité.
  • possibilité de suivre l’activité en temps réel sur votre smartphone avec un vrai fond de carte. En même temps, à part en vélo, je ne vois pas à quoi cela peut servir.
  • les toutes nouvelles fonctions de suivi des performances en course et de gestion plus précises de votre état de récupération (voir cet article)

Bien sur, là on revient dans des fonctions pour geek.

Une Suunto, dont la réputation de fiabilité n’est plus à faire, jolie, dédiée au running et avec, grosse cerise sur le gâteau, toutes les fonctions de navigation de ses grandes sœurs, c’est vraiment sympa. Le prix n’est d’ailleurs toujours pas celui d’un bas de gamme.

Si je compare avec la Garmin Forerunner 225 que je viens de tester, dont le prix est équivalent mais avec un capteur cardio au poignet, l’ajout de la navigation et l’aspect robuste – mais fatalement plus lourd – fait que la Suunto séduira plus le traileur (ou le randonneur) qui n’a pas les moyens de se payer le haut de gamme. En terme d’autonomie, les deux se valent. On a fait le même trail avec Anne-Claire et on a fini avec le même pourcentage de batterie.

Pour ma pratique, étant adepte de l’entrainement croisé avec vélo et piscine, la « Sport » est plus adaptée. Mais je m’en fous, j’ai la Peak. Pour la course à pied et le trail (pas l’ultra), la Run est une option sérieuse pour qui souhaite se payer un outil fiable et réputé.

31 Comments on “[Test] Ambit 3 Run HR blanche : faut-il être un baroudeur geek pour avoir une Suunto ?

  1. Pingback: [Test] Suunto Ambit 3 Peak : j’abandonne la Fenix 2 ou pas ? | Endomorfun

  2. Pingback: [Test] Garmin Forerunner 225 : le cardio au poignet | Endomorfun

  3. Bonjour et merci pour votre test ultra complet.
    Ma femme vient d’acheter l’Ambit3 run hr donc la même en vert. Seulement on courre tous les deux (mais rarement ensemble)et je pensais bien pouvoir lui piquer mais j’ai l’impression qu’il n’est possible de créer deux profils sur une même montre. Pouvez vous me le confirmer, ce qui voudrait dire qu’il faut qu’on en achete une deuxième !!
    Merci
    Sportivement
    Laurent Giraud

    • Je ne vois vraiment pas comment faire pour avoir 2 comptes donc je dirais que votre impression est juste.

  4. merci beaucoup pour ce retour d’utilisation (et pour les autres…!!!) qui m a permis de faire mon choix en fonction des mes activités d principales : ce sera aussi une AMBIT 3 RUN HR.
    j attends de la recevoir (comme un gosse !!!) pour lancer le paramétrage et les premières sorties !!!!

  5. Bonsoir, pour ma part, j’hésite toujours… garmin Fenix 2 – Suunto ambit 2s – Suunto ambit 3 run… Help meeeee

    • Ce sont 3 montres qui répondent à 3 besoins différents. Vous voulez faire quoi ? Multi-sports ? Trail long ? Bon déjà aujourd’hui, je ne conseille pas spécialement la Fenix 2. C’est un peu la loterie et la mienne a rendu l’âme au bout de 7 mois. La Fenix 3 a l’air plus solide mais ce n’est plus le même prix.
      Si vous avez les moyens de vous payer une Suunto et que vous n’avez pas besoin des fonctions pour vélo (prise en compte d’un capteur de vitesse à la roue et cadence de pédalage) ou de natation (comptage des mouvements et détection des demi-tours), prenez l’Ambit 3 Run (sinon pour l’équivalent de l’ambit 2S dans les nouvelles est la 3 Sport, logique non ?).
      Si l’autonomie est importante, l’ambit 2 tout court (sans S ou R) ou la Garmin 910 XT dans les modèles anciens donc moins chers. Vous n’aurez pas la synchro Bluetooth avec les Ambit 2 ou la 910, mais ce sont des références en terme de fiabilité. Bref c’est compliqué de donner un conseil sans connaitre votre besoin.

      • Merci pour votre réponse. en fait. Budget: je ne voudrais pas dépasser les 300€. je cours depuis 5 ans avec une Garmin 110…. et il est temps de changer. Je fais essentiellement de la course, et depuis un an du trail. J’ai lu plusieurs avis négatifs concernant la Fenix 2, dommage car je voulais conserver mon profil sur Garmin connect, et j’y étais habitué et esthetiquement je la trouvais bien, et niveau budget 277, ça me paraissait honnète. Mais, bon, apparamment il faut être patient apparemment avec elle, et elle « bug » à mort. La logique voudrait que je prenne la Run… elle permet également de suivre des « traces » gps, n’est ce pas?

        • Oui pour les traces GPS et franchement, le système Suunto a l’air à priori plus simpliste que sur la Fenix mais en fait, si on s’en sert bien, il est super pratique sur le terrain. Je vous conseille de lire la partie concernant la navigation sur mon article sur l’Ambit 3 Peak, j’y mets quelques liens utiles sur le sujet. Anne-Claire , rédactrice du test, se sert de la trace GPS à toutes nos sorties longues.

          Pour ce qui est de la Fenix 2, que je connais très bien, j’avais un modèle défectueux qui m’a laché au bout de 7 mois. Mais le gars à qui je l’ai revendu (un modèle tout neuf en retour de SAV) est en super content 🙂 C’était un peu la loterie. Dans mon article sur l’Ambit 3 Peak, je compare justement l’Ambit à la Fenix 2. Aujourd’hui, je ne reviendrais pas chez Garmin pour la navigation GPS et le trail. Par contre, pour les fractionnés, je garde une petite Garmin sous le coude. Pour ce qui est de mes données, j’ai tout dans Strava de toute façon.

          • Oui j’ai l’impression que c’est la loterie… J’ai même lu qu’il y avait des différence entre la fenix 2 « normale » et la spécial édition au bracelet rouge! c’est étrange. ne serait-ce pas plutôt une question de maj ?

  6. Bonjour, est il possible de planifier des séances fractionnées type: 5 x 400m avec 2 répétitions, ou 2 x 5km avec récup de 5min entre chaque (par exemple) sur une ambit 2S hr?
    Je possédais une forunner 305 qui vient de rendre l’âme, je souhaite m’orienter vers un modèle suunto 2S hr (y a des super promos encore à l’heure actuelle vu que l’ambit 3 est sortie), mais j’ai lu dans divers blogs que c’était un peu galère à paramétrer!Qu ‘en pensez vous?

    • Attention, le système de programmation de fractionné « à la Garmin » n’es accessible chez Suunto que sur les applis mobiles synchronisés en Bluetooth donc pas sur les modèles AMBIT 2. Si vous lisez mon test sur l’Ambit 3 Peak, j’y parle ds façons de faire un fractionné sans l’appli. D’abord la possibilité d’avoir un compteur d’intervalle qui vous permet de spécifier une série de type echauffement – X fois (intervalle rapide / récup en temps ou distance). Pas de problème pour le 5x400m donc. Et si vous voulez faire 2x5x400, et bien il suffit de relancer la série une deuxième fois après la récup. Sinon, il y a des applis Suunto pour ça (et même un site qui vous permet d’utiliser un interface à la Garmin) mais ça reste compliqué à mettre en oeuvre.

      • Ok et merci beaucoup pour ta réponse et je pense donc plus m’orienter vers l’ambit 3S.Autre chose maintenant J’ai que sur certaines montres la vitesse instantanée était lissée (à laide d’un calcul savant utilisant un algorithme je crois) pour éviter que la vitesse s’emballe, c’est vrai que j’ remarqué ce phénomène sur ma forunner 305 qui pouvait m’indiquer que je courrais à 45 km/h par exemple.Sais tu si l’ambit 3S est ainsi corrigée?

  7. Bjr. Faut-il à chaque fois la connecter à son PC. Ou peut-on faire les modifs et paramétrages depuis son iphone ou ipad? Afin d eviter de se trimballer son pc. Ainsi que pour importer des traces. Merci!

    • Tu peux régler tous les paramètres via l’application mobile en Bluetooth. C’est d’ailleurs toujours l’unique moyen de programmer un entrainement en fractionné.La seule limitation que je vois à l’application mobile par rapport au site c’est la visualisation des données d’analyse qui n’est pas terrible (mais encore une fois, je me sers surtout de Strava pour ça).

      • Merci pour ta réponse. Strava? je viens de jeter un coup d’oeil… c’est comme endomondo, runstatic? mais la Suunto partage le programme avec Strava? je pensais que c’était Movescount. Tu as une Suunto3 aussi. Moi j’en suis à hésiter entre la Ambit3run ou une Ambit2.

        • Strava c’est un peu spécial (ça vient du cyclisme) mais il y a une application qui fait comme celles que tu cites et surtout un site ou on partage ses activités. C’est indépendant des montres et tu peux effectivement lier tes compte Garmin ou Movescount ou Tomtom (pas encore Polar) à Strava. J4ai fait un article sur le sujet ICI.

          Sinon oui j’ai une Ambit 3 Peak. Par rapport à la Run ou la Sport, elle a 2 fois plus d’autonomie et un altimètre (elle est bien sur multi-sport comme la Sport). J’en parle longuement ici.

  8. Possesseur depuis le mois de mai de cette montre, je me rends compte d’un pourcentage d’erreur non négligeable dans le calcul du D+ en trail (quasiment 25%)lors du grand raid des cathares. L’ambit 2 de mon pote affichait 1400m et mon ambit 3 seulement 980. Avez vous déjà eu ce genre de soucis?

    • Vous parlez bien du modèle RUN doncsans altimètre (comparé à l’Ambit 2 ou la 3 Peak qui en sont équipées). Parce que si c’est le cas, l’altitude est estimée avec les points GPS et donc pas terriblement précise. Si par contre, vous parlez du modèle Peak équipé d’un altimètre barométrique (omme l’Ambit 2 ni S ni R), je n’ai jamais eu aucun problème. Je viens d’ailleurs de vérifier toutes les altitudes hautes et basses pendant la grande course des Templiers et chaque fois j’étais dans ce qu’indiquait le profil.

  9. Bonjour,
    Merci pour la rédaction de ce test, qui va sûrement m’orienter vers l’achat de cette montre. Il me reste cependant une interrogation, concernant les alerte par bip, pour le fractionné entre autre (et non par vibration): comme je courre systématiquement avec de la musique, les alerte sont -elles transmises par bluetooth au téléphone ? Sinon, cela risque d’être assez compliqué pour ma part….
    Merci pour votre réponse.
    Nico.

    • Je ne crois pas non. Mais il était question d’une fonction coach vocal qui normalement devrait se faire via bluetooth avec l’audio du smartphone. Honnêtement, le vibreur des Garmin me manque un peu et pas que pour le fractionné. Et je ne cours que très rarement en musique (jamais pendant les fractionnés d’ailleurs, pour ne pas être déconcentré).

  10. Bonjour, j’hésite entre la Suunto Ambit 3 run et la Forerunner 620. La 1ère me semble plus moderne, plus esthétique, mais un peu grosse et moins ergonomique. Mais la 2nde me paraît plus complète, mais un peu ancienne maintenant… Laquelle me conseilleriez-vous pour des sorties moyennes de 10-20 km? Courses sur route et trail. Merci de votre réponse!

    • L’ambit 3 run n’est qu’une déclinaison de l’Ambit 3 peak qui date de mi-2014 alors que la 620 date de début 2014. La différence de génération n’est pas si énorme. Je n’ai jamais testé la 620. A l’époque j’avais préféré la Fenix 2 qui avait la même puce GPS mais était plus typée trail. Je pense que pour du trail court, si vous souhaitez utiliser les fonctions de navigation, l’Ambit 3 run sera meilleure. Mais si vous êtes un geek des mesures en tout genre, toutes les dynamiques de course (cf. mon test de la Fenix 2 qui a les mêmes fonctions), la 620 était la première à en avoir autant ( avec la ceinture HRM-run). Bref, les deux sont plus typées running route que trail mais Suunto a des fonctions de navigation en plus. Personnellement, je ne trouve pas que l’ergonomie de la montre soit meilleure chez Garmin. Ma femme trouve juste que les boutons de la Suunto sont plus durs (elle vient de passer un mois avec la 920XT). Par contre pour ce qui est de programmer un fractionné et le suivre, Garmin a encore l’avantage (rien que pour le vibreur et l’interface du crêateur d’entrainement). Les amis qui ont une 620 ne se sont jamais plaint, contrairement à la Fenix 2. Maintenant moi je prèfère quand même ma Suunto en trail. Mais c’est vraiment une question de feeling. Vu que la 630 sort, la 620 devrait se trouver moins chère.

    • Pour la taille, en largeur elles m’ont l’air équivalente non ? La Garmin est juste plus plate.

  11. Pingback: [Actus] « Running Weeks » chez i-Run, nos tests des produits en promo | Endomorfun

  12. Pingback: [Test /Tuto] Suunto Ambit 3 – Planifier un entrainement | Endomorfun

  13. Bonjour, j’hésite entre la Garmin forerunner 230 hr et la suunto ambit3 run, que me conseil tu? Merci

    • Bonjour. Difficile de donner des conseils sans connaitre les attentes. Si c’est pour programmer du fractionné, la Garmin est plus complète.

  14. Bonjour merci pour ce test je suis tres i têtes de par la run mais je suis inquiet par le manque d’altimetre barométrique. Il n’y a donc pas d’affichage en temps réel du dénivelé +/- ? Le dénivelé n’est donc pas fiable du tout ? Parceque si c’est le cas cela très gênant pour une pratique Trail comme moi

    • Quand il n’y a pas d’altimètre, les montres se servent des points GPS pour calculer l’altitude mais ça donne des résultats pas toujours très précis. Mais il est tout à fait possible de l’afficher sur les modes sportifs d’une Ambit 3 Run. Si, comme moi, vous aimez gérer avoir une valeur fiable pour l’altitude pendant les montées, il est clair que ça ne vaudra jamais un altimètre barométrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.