[Test] Sudio Tre – Le son Sudio dans des écouteurs de sport Bluetooth

La marque suédoise Sudio et moi ce n’est plus une découverte. Je fus d’abord bluffé par le très beau design et la qualité sonore des écouteurs intra-auriculaires sans fils Vasa Blå (voir le test), à qui je ne reprochais qu’un manque de maintien pour ma pratique sportive. Ils restent mes écouteurs favoris en déplacement. Le casque sans fil Regent correspondait un peu moins à ce que je recherche mais s’avère être dans l’esprit de la marque, au niveau signature sonore et soin du design (voir le test). J’ai également acheté les écouteurs filaires Klang parce que j’avoue oublier assez souvent de recharger mes écouteurs Bluetooth.

Alors quand j’ai appris la sortie d’écouteurs semi intra-auriculaires, avec des oreillettes adaptées aux mouvements du sport, j’étais plutôt impatient de les tester. J’ai un peu pris mon temps pour écrire cet article parce que ça fait déjà quelques mois que ces écouteurs me suivent; aussi bien à la salle de sport (PPG, renforcement musculaire, cardio pendant une longue période de blessure) que mes sorties running en endurance.

Sommaire :

Mon profil de testeur

Comme toujours, je résume mes exigences personnelles :

  • Un son qui ne soit pas artificiellement boosté dans les graves et aigus (effet « loudness ») au détriment d’une richesse dans les medium, là où se trouve les timbres musicaux et vocaux.
  • En corollaire, on doit pouvoir distinguer toute la finesse des instruments à bas volume.
  • Le système de fixation des oreillettes doit prendre en compte le fait que je suis sujet à des irritations au niveau des oreilles avec la sudation.
  • La télécommande (play, avance, recul, volume, prise d’appel) doit être pratique quand on court. Bien sur cela suppose l’utilisation d’un lecteur compatible (smartphone, iPhone/IPod). Et cela exclut le couple iPod shuffle-écouteurs Bluetooth, attelage qui nécessite un connecteur additionnel qui empêche la transmission des commandes.

Les éléments sur lesquels je fais la part des choses :

  • Certains écouteurs sont idéaux pour certains styles et horribles pour d’autres. Ca tombe bien, j’ai une culture musicale qui me permet de ratisser large.
  • Je ne suis pas vraiment un « jeune ». Et ma pratique du rock à fort volume, comme guitariste ou bassiste, m’a laissé quelques acouphènes qui se traduisent par une hyper sensibilité aux aigus.

Design

Comme tous les écouteurs de la marque, le boitier dans lequel ils sont livrés est très soigné. Il contient, outre les écouteurs eux-mêmes, équipés de leur batterie et de leur boitier de commande à 3 boutons, des embouts, d’une pince pour accrocher les écouteurs à un vêtement et de la désormais classique petite sacoche en cuir pour les ranger. Tout est toujours fait pour en faire un cadeau idéal.
Le modèle que la marque m’a fourni est noir. Ils existent également en rose, bleu et blanc.

Le contenu de la boite désormais classique chez Sudio

Le cable lui même est plat et large, pour diminuer les risques de noeuds. Les boutons de commande sont en aluminium brossé, noirci du plus bel effet.  Et ce sont de vrais boutons comparé aux zones en caoutchouc des Vasa Blå.  Autre différence, la prise USB pour recharger est désormais sur le boitier de commande et plus la batterie. Cela a surement permis de rééquilibrer les poids de chacune des deux parties. La batterie trop lourde étant un des points négatifs de mon test des Vasa.

Confort et ergonomie

De tous les écouteurs vendus aux sportifs que j’ai essayé, le système des oreillettes qui se place à l’intérieur du pavillon de l’oreille est le seul qui m’aille quand je cours, que ce soit pour le confort ou le maintien. Tout au plus ai-je besoin de choisir une taille d’embout différent sur chacune des oreilles. Ce n’est  pas la faute du produit si je suis dissimétrique. Et jusque là, ma référence en la matière était les Monster Intensity que j’utilise depuis 3 ans (voir le test).

Les Sudio Tre ont un système d’oreillette similaire. 3 tailles d’embouts sont fournies. Les différences de taille n’ont à priori pas l’air d’être flagrantes. Mais il faut essayer en situation réelle de course, pour avoir le meilleur compromis entre le confort sur le long terme et le maintien. La matière est habituelle dans ces gammes de prix, un silicone très agréable ne générant aucune irritation à l’usage. Les deux boitiers, commande et batterie, qui bougent forcément, ne sont pas si gênants. Personnellement, je passe le cable derrière la nuque et tout est bien maintenu. Sinon j’utilise la pince en métal fournie, même si elle est un peu difficile à mettre.

Les embouts en 4 tailles pour une adaptation parfaite à l’intérieur du pavillon de l’oreille.

Nous sommes en présence d’écouteurs adaptés à la pratique sportive en extérieur. Donc semi-ouvert et pas complètement intra-auriculaires. Ceci vous permet de garder une capacité d’entendre les éventuels bruits externes: voitures, sonnette de cycliste énervé, ami qui vous appelle … En contrepartie, le niveau sonore ressenti sera, bien sur, moindre qu’avec les Vasa. Mais la forme des embouts est un bon compromis entre enfoncement dans l’oreille et entente externe. C’est le même que sur les Monster. Je n’ai personnellement jamais eu à « pousser » mon iPhone au maximum pour satisfaire mes exigences. Outre la puissance, la qualité habituelle de restitution, fer de lance de la marque, fait son office. Beaucoup de gens croit que pour mieux entendre il faut monter le volume alors qu’il faut juste une meilleure équalisation. Tous les ingénieurs sons vous le confirmeront. Je pense que la signature sonore particulière des Tre, comparée à celle des autres modèles de la marque, a été pensé dans cette optique. C’est flagrant dans mes tests musicaux comparatifs.

Il faut un petit temps d’adaptation pour manipuler les boutons un peu trop lisse et pas assez proéminent au touché. Mais après quelques mois, je n’y fait plus attention. La tenue de la connection Bluetooth n’a posé aucun problème depuis des mois. aucun décrochage intempestif à déplorer sur mon iPhone 6. J’en ai eu quelques uns sur un Android mais je ne suis pas sur que ça ne vienne pas du smartphone un peu bas de gamme.

Autonomie

Avant d’aborder le plus intéressant, le son, il convient de rappeler que qui dit écouteurs sans fil Bluetooth dit batterie et recharge (via un cable USB standard fourni). L’autonomie devient donc un paramètre important. D’autant que, comme dit plus haut, le poids de la batterie peut devenir gênant en course. Le constructeur donne 9 heures en écoute. Je n’ai pas compté exactement. Il faut dire que je n’ai aucun moyen de vérifier la charge restante d’écouteurs. Donc par précaution, je les recharge assez régulièrement. Mais j’ai pu tenir plus de 8 heures de sport dans une semaine sans décharger la batterie. Les 9 heures sont donc tout à fait réalistes.

Son

Le fait que les Vasa Blå, que j’ai encensés, et je persiste, y compris pour du classique, soient des vrais intra-auriculaires quand les Tre sont semi-ouverts, va forcément donner une perception différente du rendu sonore. Mais disons le tout de suite, la qualité Sudio et tout ce que j’aime chez eux est bien là : respect du son, en particulier des mediums, sans sur-gonflage des basses et des aigus, qualité des détails et image spatiale plus que bonne, compte tenu de la taille des membranes dans des écouteurs. Sans oublier que le niveau sonore est plus que satisfaisant.

Bien sur, le ressenti varie selon le type de son que vous écoutez. Passons donc à ma traditionnelle playlist multi-genre.

Pour avoir un repère de comparaison, j’utilise mes Monster Inifinity (filaires), les Jaybird Freedom 2 que je suis également en train de tester et bien sur les Sudio Vasa Blå.

  • « Wu-Tang Clan Ain’t Nuthing Ta F’ Wit » (rap old school)

Le son Sudio est là même si différent des Vasa. On a un bon équilibre qui ne néglige aucune bande de fréquence et n’en surgonfle aucune. On a quand même une impression que la spatialisation est moins importante que sur les Vasa. Mais ce choix est plus adapté à une écoute en extérieur, pour garder la distinction du détail en environnement bruyant. Rien de gênant donc. Certains pourraient même préférer la précision et le détail que cela apporte. Le son est agréable même à volume plutôt haut. A volume correct, on peut écouter longtemps sans fatigue auditive.

  • « La Rock 01 » – Vitalic (électronique).

Le kick en 4 temps ”four to the floor” est bien présent pour booster le cardio. On le ressent bien. Là encore, le son est boosté dans les graves et aigus par rapport aux Vasa mais sans trop d’exagération.

  • « Headline » High Tone (electro-dub)

Ce titre me sert de test d’infra-basse et de ”loudness”. Le style mélange des basses lourdes très ”graves” et des percus très claquantes et pleine d’effet. Les Vasa pêchaient un peu dans ce registre. On distingue mieux les notes de l’infra-basse. Là où on était dans la rondeur reggae et où l’on ressentait plus qu’on entendait la basse,on est, avec les Tre, plus dans l’electro et on distingue bien les notes de basse.

Sans exagérer les basses et les aigus comme sur la plupart des écouteurs de ce type, les Sudio Tre sont bien adaptés aux musiques urbaines et électroniques. La marque semble vouloir clairement répondre à ceux qui trouvaient que les Vasa manquaient de patate sur ces genres, basés sur des basses et des ”kick” de grosse caisse puissant.

Passons au rock à guitare.

« What next to the moon» – AC/DC

Le son est clair, même à faible volume, et on distingue bien les deux guitares en stéréo des frères Young (RIP Malcolm au passage). On a une bonne patate générale dans les mediums. La voix de Bon Scott est agréable, sans aigus criards. Pas rapport aux Vasa, on a moins l’impression de spacialisation. Le son semble plus compact. Ce qui en gros rock à guitare est juste un choix mais n’a rien de gênant au contraire. Il y a cependant moins d’équilibre. Les aigus sont beaucoup plus présents. Ceci dit, je n’ai constaté aucune souffrance en écoute prolongée de rock, malgré mon hyper sensibilité et mes acouphènes.

« Backbone » – Gojira.

Là encore, nous avons un bon niveau de détail et une clarté appréciable. Mes Monster sont largués avec leur côté cotonneux. Le son puissant est agréable et jamais agressif. L’écoute prolongée est possible.Je retrouve quand même le côté un peu moins équilibré que sur les Vasa Bla avec moins de beau medium que ceux-ci. Les Tre ont un peu plus de basse. Finalement les Tre se rapprochent des écouteurs de sport modernes, là où les Vasa voulaient se rapprocher de son naturel haute fidélité. On est quand même loin de l’effet spatialisation et la puissance des basses des Jaybird Freedom 2, par exemple. J’écoute beaucoup de métal pendant mes sorties longues et j’ai beaucoup apprécié les Tre sur ce genre.

OK, donc maintenant passons à l’acoustique :

« Hurt », Johnny Cash.

Je sais que ce genre de chanson n’est pas ce qu’écoutent souvent les sportifs pendant leur entrainement. Il n’y a pas grand chose à dire. Le son est toujours moins ample qu’avec les Vasa ou les Jaybird. Mais on a moins le côté trop propre et finalement ce côté ”roots” plus compact n’est pas désagréable du tout.

« Gogol » – Gonzales (Piano solo / Pub pour une banque).

Le son est nettement moins claquant que sur les Vasa. Il est donc naturellement plus doux et agréable. Parfait pour ce genre de musique.

« Grieg: Peer Gynt Suite – Hall Of The Mountain King » (Herbert Von Karajan – Berlin Philharmonic Orchestra).

Je persiste à tester du classique sur des écouteurs de petites tailles faits pour le sport. que voulez-vous, on ne se refait pas. Les Vasa Blå ont été les premiers intra-auriculiaires avec lesquels je supporte d’écouter un orchestre classique. Je ne pouvais pas ne pas tester les Tre sur le sujet. avec un titre jouant sur des nuances de dynamiques montant crescendo jusqu’à un ”climax” d’un puissance rare, que l’on trouve plutôt dans le rock.. Bon ici le manque de spatialisation donne l’impression que tout est ramassé. Le son n’est pas désagréable. Un peu étouffé parfois. Mais on est moins dans ce sentiment d’être dans la salle de concert.

Note : Si vous voulez écouter les titres cités dans ce test, je vous les ai mis dans playlist sur Deezer : cliquer ici.

Sans être taillé spécifiquement pour un genre musical particulier, les Sudio Tre s’en tirent bien partout, avec un bon équilibre entre le positionnement de Sudio sur les précédents modèles et la demande en basse de notre jeunesse. Bien sur, j’ai testé en intérieur au calme. Quand je cours, je suis moins exigeant.

En conclusion

Vous aurez compris, je suis fan. C’est exactement ce que j’attendais de Sudio depuis le jour où j’ai testé des écouteurs de cette marque. Avec les Tre, le côté semi-ouvert fait que je n’ai pas l’immersion et le son naturel des Vasa Blå, qui restent mes écouteurs préférés quand je ne fais pas de sport. Mais ils sont largement au niveau de mes attentes en terme de qualité du son. Qui plus est sur des sorties longues.

Je les utilise pour tous styles de musique ou pour mes livres audio, dans des environnements bruyants, aussi bien la salle de sport que dehors. Ils ont mis mes fidèles Monster à la retraite. Si, comme moi, vous aimez les beaux sons équilibrés, nous avons là un produit haut de gamme parfaitement adapté à l’écoute en mouvement et à l’extérieur.

Ce sont définitivement mes écouteurs de sport préférés.

A 89€, on est dans un prix plus que correct pour du Bluetooth dans cette gamme. Sans compter le code promo « endomorfun15 » qui vous fait gagner 15%.

Les plus

  • Comme toujours chez Sudio, la qualité du son le plus naturel possible. Même si ici, les basses gagnent en puissance.
  • Le confort et le bon maintien des oreillettes.
  • Le design qui fait bijou, du boitier aux accessoires, avec une mention pour la pochette en cuir, qui en font un cadeau parfait.
  • L’autonomie de 9 heures avant recharge.
  • La commande complète (avec prise d’appel téléphonique)
  • Le site de la marque qui vous propose le paquet cadeau gratuitement.
  • La pochette en cuir jolie et pratique.

Les moins

  • Pas de mode veille automatique quand il ne détecte pas de signal. Attention à ne pas oublier de les éteindre.
  • Sur le casque Regent, il y avait la possibilité de brancher un cable mini-jack pour le transformer en « filiaire » en cas de décharge de la batterie. Je conçois que ça soit plus difficile de faire ça, sans gréver le poids sensible, sur des écouteurs. Mais j’avais trouvé l’idée excellente, vu le nombre de fois où je me suis retrouvé en panne au milieu d’une sortie longue avec toute sorte d’écouteurs Bluetooth.
  • Pas les plus légers, malgré des efforts par rapports aux modèles précédents. Mais rien de gênant en course à pied.

Vous pouvez trouver les Sudio Tre directement sur le site de SUDIO. Ils expédient dans le monde entier. Vous pouvez bénéficier de 15% de remise sur tout le site avec le code promo « endomorfun15 ».

Pour nos autres tests d’écouteurs : c’est par là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.