[Test] Altra The One 2.5, mes nouvelles préférées pour la route ?

Nous y voilà. Depuis mon test de deux modèles Altra pour le trail, je suis devenu un vrai inconditionnel de la marque et de son positionnement original. Disons-le tout de suite, le « Zero Drop™» ne me pose pas de problème, vu ma foulée medio-pied, depuis mes premières Saucony Kinvara, il y a 3 ans. Si ce n’est pas votre cas, on se doit de repréciser à chaque fois qu’il faudra une période de transition. Mais en y réfléchissant, ce que j’aime surtout chez Altra c’est leur « Footshape™ toe box », cet avant qui respecte la forme du pied et permet donc aux orteils de jouer leur rôle de propulsion et de maintien. Ajoutons à cela la souplesse des semelles pour « épouser le terrain ». Pour moi ce maintien et ce confort dans la pose de mon pied large font toute la différence. Et je ne parle pas d’une petit différence. Je parle d’un « smile » qui s’affiche sur mon visage chaque fois que je chausse une paire qui semble me donner encore plus envie de courir avec. Même si on n’a pas le côté « pantoufle » (sauf sur la Lone Peak) de New Balance, le confort intrinsèque des Altra et la qualité de foulée, qu’elles vont obliger, font toute la différence. J’ai même tendance à croire qu’au lieu de vraies qualités des chaussures elles-mêmes, elles ne font qu’améliorer mes propres qualités, surtout en ce qui concerne le maintien, la proprioception et le dynamisme.

Au menu :

Je rappelle mon profil de coureur :

49 ans, ancien gros et ancien gros fumeur. Coureur depuis 2012, plutôt trail.

3h50 au seul marathon que j’ai fait en 2015, 1h35 au 20 km. de Paris. VMA testée à 16 km/h, FCM à 174 bpm. Poids entre 75 et 79kg pour 1m76 donc lourd. Entrainement : 4 séances minimum de CAP par semaine, VMA, seuil, côte, sortie longue. 2 séances de PPG, du vélo et des footings pour compléter. Spots de tests à Paris : Piste du stade Elisabeth, Cité U, Parc Montsouris et Coulée verte du sud.

Chaussures habituelles avant le test : Saucony Zealot ISO, Hoka One One Huaka pour la route. Altra Lonepeak 2.0 et Superior 2.0 pour le trail.

Des « Superior » pour la route ?

Vu l’effet des mes modèles trail,  il me fallait aussi passer chez Altra pour mes séances sur route ou piste. Soyons clair, je ne fais plus beaucoup de vraies courses sur route. Mais j’ai, toutes les semaines, des séances d’intensité que je fais sur route, chemin sec et piste : VMA, PMA en côte, seuil. Etant donné que pour mes entrainements hebdomadaires chez XRun Trail et mes trails courts, c’est Altra Superior 2.0 sinon rien, il me fallait une « Superior » de route. Et dans le catalogue Altra, la One 2.5 semble avoir le même positionnement : légère mais pas dépourvue de ce qu’il faut d’amorti, avec une semelle souple et plutôt orientée distance courte, fractionné et vitesse. En clair, ma nouvelle chaussure de VMA/Seuil. Bien sur, je ne suis pas un coureur très rapide, je suis plutôt lourd  et je reste surtout un traileur. Il faut donc remettre les choses dans leur contexte. Jusqu’à présent, mes chaussures de « VMA » ou 10 kil étaient plutôt des Saucony Kinvara, voire même la Zealot qui a beaucoup plus d’amorti et moins de dynamisme.

J’étais donc près à passer à l’Altra la plus orientée course. Mais en fait, le première surprise est qu’elle n’a pas du tout le ressenti d’une racer. Les 23 mm de semelle sont bien là. Mais à mon niveau, le dynamisme convient et le confort fait que je peux pousser l’utilisation de cette chaussure sur toutes mes courses jusqu’au semi sans problème. Voire même un marathon, si j’en faisais un, ce qui n’est pas au programme. Ceci dit, je ne suis allé que jusqu’à une sortie longue de 2 heures. Je sais qu’avec les Superior, au delà de 2h30, je commence à taper avec, c’est surement un problème que je risque avec la The One 2.5.

A noter que dans la même veine, je voulais également trouver l’équivalent route de ce que j’utilise en trail pour mes sorties longues et mes courses :  la Lone Peak.  Je me suis acheté les Instinct 3.5, modèle plus amorti et plus gros pour un supplément de confort. Le moins que l’on puisse dire c’est que la The One 2.5 n’est pas forcément si radicale et a donc une plage d’utilisation qui vient empiéter sur celle de l’Instinct.

Alors racer ou pantoufle ?

Curieux de confronter mes premières impressions à celles de mes confrères testeurs plus expérimentés, j’ai pu lire que le modèle The One avait en fait subi des transformations depuis sa première version. Celle-ci était semble-t-il vraiment orientée « racing ». La version 2.0 a complètement lâché ce positionnement, avec sa semelle épaisse et son confort accru. Et la 2.5 essaie de retrouver un peu de dynamisme grâce à la technologie A-Bound. Ne me demandez pas le principe se cachant derrière ce genre de terme marketing. En dehors du fait que cela suggère un rebond bien sur. En tout cas, pour le lourdeau traileur diesel qui doit faire ces séances de 30/30 ou du seuil, cette chaussure est vite devenue ma préférée et c’est de loin la plus dynamique de ma rotation « route ». Une vraie « Superior » routière, même si je la trouve un poil moins dynamique que sa soeur traileuse. Un excellent compromis pour moi donc.

altra-theone - 2

23 mm de semelle quand même. On est loin d’une « racer ».

Contrôle technique

Le maintien naturel de la semelle en forme de pied est là. Le confort et la légèreté sont ses qualités premières. Au chapitre des reproches, on sent bien que la légèreté et la souplesse de la semelle ont été travaillés en creusant des gros sillons sous celle-ci. Et le moindre gravier se coince trop facilement dans lesdits sillons. Je passe mes fins de sorties à les enlever. En plus, à l’instar de ce qu’à une époque on a reproché à Saucony sur les Kinvara, l’EVA de la semelle est directement en contact avec le sol, sauf sur deux petites zones équipés de « pads » plus durs. Là encore la légèreté étonnante et la souplesse sont à ce prix. Mais cela accélère l’usure.

Le secret de la légèreté de la semelle : EVA à même le sol et ses sillons creusés.

Le secret de la légèreté de la semelle : EVA à même le sol et ses sillons creusés.

La tige a l’air solide et le mesh, doublé en certains endroits pour plus de confort,  est assez respirant, même si je ne souffre pas particulièrement de transpiration des pieds pour juger correctement. La bande renforcée noire donne une impression de dissymétrie qui fait que beaucoup de vos amis trouveront cette chaussure « bizarre » (voire affreuse). Si, comme moi, vous usez tous vos mesh au niveau du gros orteil, certaines avant leurs premiers 200 km, cette bande renforcée semble pouvoir éviter ce problème. A noter que je n’ai eu aucun problème de mesh avec mes Altra qui ont plus de 500 km au compteur.

Le choix des coloris est assez sympa et plutôt dans des couleurs vives. Ça n’a pas toujours été le cas chez Altra alors autant le signaler. Autre problème récurrent chez Altra, le choix de la pointure. Autant c’était un grand n’importe quoi pour la Superior, autant là, je suis revenu dans mes standards avec un 44,5 (10,5 US), comme pour mes Lone Peak. Pour situer, je mets du 44,5 chez Brooks mais du 44 chez Saucony sur les routières et 44,5 sur les trails. On va dire que cela taille plutôt petit. Et pour avoir essayer le 44 au salon du running, je peux assurer que la différence n’est pas négligeable.

Le laçage n’a rien de spécial, pas de technologie compliquée, à l’instar de la Superior. Et il est aussi efficace et précis que sur la traileuse. Depuis peu, je suis un adepte du « laçage verrouillage » utilisant le dernier trou de la chaussure, présent sur la The One comme sur la Superior. Ce laçage est sensé apporter un meilleur maintien du talon. Du coup, comme les lacets sont un peu trop longs, ce laçage ne pose aucun problème. A essayer.

OK comme je sens que certains se demandent « de quoi est-ce que qu’il cause avec son verrouillage », je vous mets un petit lien : https://www.youtube.com/watch?v=FPmj6fw-RAo

Conclusion

Vous aurez compris que le fan d’Altra en trail que je suis devenu, depuis maintenant un an, a trouvé sa chaussure de course sur route. Je n’ai fait aucune compétition avec mais il me tarde de la tester sur un 10 km ou un semi. En attendant, je répète ce que j’ai déjà dit dans mon test de la Superior, j’ai toujours l’impression que je cours mieux en Altra : je travaille plus ma foulée, je tape moins, je déroule plus, le ressenti terrain est meilleur. J’ai, en plus, une espèce de plaisir béat à chausser ces souliers, plaisir qui me donne irrémédiablement envie de courir encore plus. A partir de là, ne comptez pas sur moi pour être vraiment objectif ou scientifique, j’adore cette sensation c’est tout. Et c’est pareil avec mes 4 modèles Altra. Quand je cours, je les oublie vite, même sur du long, ce qui est également une qualité.

Un excellent compromis vitesse/légèreté/confort bien adapté à mon niveau et mon gabarit lourd pour le travail en intensité et les courses sur route. Bien sur, n’oubliez pas la nécessaire transition pour supporter le Zero Drop, sinon gare au tendon d’Achille.

Les plus

  • Très légère
  • Amorti bien présent (semelle de 23 mm)
  • Confort et maintien
  • Couleurs vives. Le choix est, comme d’habitude avec les marques américaines, plus larges de l’autre côté de l’Atlantique.
  • Si vous n’êtes pas un coureur axé sur la vitesse, le genre à porter des racer, mais avez besoin de travailler VMA ou seuil, cette chaussure aura largement assez de dynamisme.
  • Les qualités de toutes les Altra : amélioration de la foulée medio pied, large toe box, souplesse de la semelle et bon ressenti du terrain et des qualités naturelles de votre pied.
Modèles homme

Modèles Femme

Modèle Homme

Modèle Homme

Les moins

  • Les petits graviers se coincent trop dans les sillons de la semelle.
  • Usure rapide de l’EVA à vif sous la semelle. Cela peut être rédhibitoire pour une chaussure dont le prix public est de 130 € (On les trouve actuellement en soldes à 100 €).
  • Ce n’est plus vraiment une vrai « Racer » comme la version 1.0. Bon moi je vois ça plutôt comme un avantage en ce qui me concerne.
  • Taille un petit peu petit. Ne pas hésiter à choisir une demi-pointure au dessus.

Vous pouvez trouver les Altra The One 2.5, modèle homme et femme, chez notre partenaire d’affiliation i-run.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.