Saucony Zealot ISO – un petit Jogging Break pour l’essayer

AVERTISSEMENT : Je ne suis pas un athlète confirmé. Mon test de chaussure est donc un ressenti personnel. Je rappelle mon profil : foulée médio, pied large, coureur très moyen, VMA 15.5 km/h, plutôt traileur, 3h50 à son 1er marathon, 1m76 et un poids oscillant entre 72 et 79 kg selon la saison.

Vous l’aurez peut-être remarqué, il ne se passe pas grand chose, en ce moment, au niveau course à pied, dans la famille Endomorfun. Nous sommes au milieu de notre préparation pour le marathon de Rome du 22 Mars. Nous suivons notre plan d’entrainement à la lettre, comme des élèves studieux.

Mais ce jeudi était l’occasion de renouer un peu avec le côté social sympa du monde du running. Invité lors d’un Jogging Break, du magazine Jogging International, j’ai l’occasion d’aller au show room de Saucony France et d’essayer un des derniers modèles de la gamme Isofit. Moi qui suis fan de la marque, Kinvara pour la route, Xodus pour le trail, je ne pouvais râter cette occasion. Mon choix se porte sur la Zealot ISO, remplaçant la Cortana que j’avais envisagée l’année dernière pour faire mon premier marathon. Marathon que je n’ai toujours pas fait. La Zealot c’est un bon gros amorti réparti tout le long de la semelle, versus le talon uniquement sur la Kinvara, et un drop de 4mm qui est en accord avec absolument toutes mes chaussures, Brooks, Saucony ou Hoka, donc qui va très bien à ma foulée medio-pied. En comparant visuellement la Kinvara et la Zealot, aucun doute sur le surplus de matière de la deuxième. Ce qui est hallucinant est que l’on ne sent aucune différence de poids.

Surplus de matière mais légèreté et drop réduit.

Zealot ISO : Surplus de matière mais légèreté et drop réduit.

Pour le plaisir des yeux, la gamme été 2015

Mais avant de parler de ma toute petite expérience de cette chaussure, je commence par le showroom de Saucony, la caverne d’Ali Baba pour qui aime cette marque américaine, un des leaders du running dans son pays, mais encore trop méconnu de ce côté de l’Atlantique. Il y a même les modèles « originals », sur le même mode que New Balance ou Adidas qui rééditent et modernisent leurs runnings vintage pour en faire des « sneakers » fashion. Cela me donne surtout l’occasion de jeter un oeil intéressé et toucher en vrai les futurs versions de mes modèles fétiches, Kinvara 6 et Xodus 6, qui ne sortiront qu’en Juillet prochain. En ce qui concerne la Kinvara 6, j’avoue qu’il va me falloir le discours marketing pour m’expliquer ce qui diffère de la 5, qui était déjà parfaite pour moi (et que j’ai testé ici).

Kinvara 6 ... miam miam

Kinvara 6 … miam miam

La Xodus 6 ressemble également beaucoup à la 5 que je n’ai pas (encore) utilisé, vu que mes V4 n’ont pas encore rendu l’âme et devraient se partager ma première partie de saison de trail avec Hoka, selon la technicité du terrain. J’avoue que le design des crampons de la 5 m’attire quand même parce qu’il doit logiquement moins garder la boue. La 6 est dans la continuité. Au niveau des coloris et finitions, le choix parait pléthorique. Mais je n’ai pas eu la distinction entre les modèles femme et homme. C’est d’ailleurs assez énervant d’en être encore là. Je pense que la tendance générale de mettre plus de matière sur les semelles, en flirtant avec l’oversizing, merci Hoka, semble avoir influencé cette Xodus 6. Ce qui m’intéresse, étant passé par la case méga-confort des Hoka Rapa Nui 2 Trail depuis quelques mois. A voir quand elles seront disponibles. Je ne les manquerai pas.

Je remarque au passage que certains coloris popularisés par la Kinvara 3 (exemple : le bleu dégradé, blanc, orange) ou la Xodus 3 (jaune citron tirant vers le vert fluo) reviennent sur la 6ème version de la gamme. A défaut de discours technique, ce ne sera pour l’instant que pour le plaisir des yeux.

Xodus 6 .. re-miam

Xodus 6 .. re-miam

Xodus 6 encore des coloris

Xodus 6 encore des coloris

Et puis vient une petite nouvelle qui me fait également saliver : la Nomad TR. Renseignements pris il s’agirait d’une chaussure de trail basée sur la Kinvara. Ce qui n’était pas le cas de l’ancienne Kinvara Trail. Etant donné que ce sont les points communs entre Kinvara et Xodus qui m’ont fait apprécié cette dernière en trail, inutile de dire qu’un essai de cette Nomad s’imposera. Vivement l’été donc.

La toute nouvelle Nomad TR (Juillet 2015), une vraie Kinvara de trail

La toute nouvelle Nomad TR (Juillet 2015), une vraie Kinvara de trail

ISO Fit

Revenons donc au sujet de la soirée. Soirée sous le thème de la St Valentin avec un dress code rouge et blanc globalement assez respecté. Ça tombe bien, le rouge est ma couleur préférée.

Les 3 modèles de la gamme ISO Fit sont : la Triumph ISO, la Hurricane ISO et la Zealot ISO.
La première est une nouvelle version d’un des modèles les plus populaires de la marque, la Triumph, le modèle grand confort pour le long, gros amorti, maintien exceptionnel, drop de 8mm. Bref, je n’en dirai pas plus. Idem pour la Hurricane, modèle équivalent pour pronateur. Ces deux modèles en sont respectivement à leur 11ème et 16ème version mais que veut donc dire ISO ? Les 3 modèles du test bénéficient de 2 nouvelles technologies Saucony. Tout d’abord le PWRGrid+ pour la semelle intermédiaire apporterait 20% d’amorti en plus. L’Isofit, quant à lui, est un design du chausson, épousant mieux la forme du pied avec un laçage attaché à la structure externe désolidarisée du chausson lui-même. La vidéo ci-dessous est plus parlante. On en attend un meilleur maintien avec un pied confortablement installé, une constante chez Sauco, et un serrage encore plus efficace.

J’étais déjà fan de leur approche « Pro-Lock » sur la Kinvara 5 ou la Xodus 4, cette lanière indépendante de serrage par dessus le pied. Ils ont visiblement généralisé le principe sur toute la longueur de laçage. J’essaie donc avec enthousiasme la Zealot, le modèle ultra-léger à faible drop de cette gamme ISO.
Je ne saurais dire si c’est l’effet « chaussures neuves », mais la première impression du système Isofit me fait revoir mon serrage de lacet plusieurs fois avec l’impression d’être trop engoncé. J’en arrive à me demander si c’est uniquement au niveau du lacet ou si c’est aussi parce qu’il y aurait une « toebox » (boite à orteils) un peu plus fine que sur les Kinvara ou j’ai toujours eu la place de poser mon pied bien large. Une caractéristique que j’apprécie beaucoup.

Petit tour dans Montmartre

Je ne vais pas tenter de vous rédiger un vrai test après ce petit run d’essai. D’autant qu’avec une séance de VMA 10x400m la veille, mon pied n’est pas des plus détendus quand je chausse ses merveilles orange fluo très flashy. Je vais me contenter d’un ressenti général. Le confort limité qui me faisait peur à l’enfilage devait vraiment être du à moi. Au bout de 30 mn, je retrouve toutes les qualités d’une Saucony. La légèreté se sent vraiment, même si elle ressemble à ce niveau à une Kinvara. Par contre, je sens bien le surplus d’amorti sur l’avant. Celui-là même que je sens beaucoup avec des Hoka. Je commence sérieusement à me dire que le compromis entre mes Kinvara préférées et mes Huaka oversized (j’hésite toujours entre les deux pour mon 1er marathon) pourrait bien se trouver dans cette Zealot ISO. D’autant que le dynamisme n’a pas été sacrifié à l’amorti avant. Au contraire, j’en serais presque à les trouver plus réactive que les Kinvara. La faute peut-être aux pads de caoutchouc de la semelle extérieure qui m’ont l’air plus durs. Enfin j’analyse tout cela avec mon petit niveau. Les accrocs d’Adidas auront surement des choses à redire.

Isofit sur la tige pour un maintien encore meilleur.

Isofit sur la tige pour un maintien encore meilleur.

IMG_3265

A la fin du run de 5km dans Montmartre, avec montée et descente des escaliers du Sacré-Choeur, j’ai adopté ces Zealot ISO. Je sens bien que je pourrais bien apprécier le surplus d’amorti passé un certain 30ème km romain.

Jogging Break : excellente ambiance dans les marches de Montmartre.

Jogging Break : excellente ambiance dans les marches de Montmartre.

On est chez Saucony, le confort et le maintien sont les valeurs essentielles, la légèreté et le déroulé naturel sont souvent dans les modèles récents. Si on a du dynamisme en plus, cela ne gâte rien. Mais, vous l’aurez compris, je ne suis plus vraiment objectif. J’ai essayé plusieurs marques, je me force à courir avec des marques différentes, mais je reviens toujours chez Sauco. « Find your strong » est leur devise. Je crois que je l’ai trouvé.

Allez, j’aurais aimé d’autres coloris (oui, oui, rouge par exemple). Mais depuis que j’ai des Hoka, je me fous un peu de la mocheté de mes chaussures 🙂
En tout cas, merci à Jogging International et Saucony France pour l’accueil sympa et les informations. J’aurais bien aimé les tester dimanche sur les Foulées Charentonnaises. Du coup, je prends quoi pour cette course de préparation ?

La Zealot ISO est disponible chez notre partenaire i-Run en modèle homme et femme.

Sinon notre pote d’Urban Running, Coco du blog MyRunningThings, a préféré la Triumph ISO. C’est l’occasion de découvrir son blog. C’est par ici.

EDIT : Au final, j’ai craqué et je les ai achetées quelques semaines après cet article. J’ai fait le Marathon de Rome avec, à la place des Hoka Huaka prévues. Après quelques mois, elles sont vraiment le meilleur compromis entre les Kinvara et l’amorti d’une Hoka, très appréciable sur du long. Et je réitère mon ressenti sur le dynamisme après avoir testé quelques accélérations sur piste. Confortable mais pas molle. Je suis de plus en plus fan de l’Isofit, étant un « psychopathe » du maintien et un obsessionnel du laçage. En fait, nul besoin de se prendre la tête ici. Et finalement, une fois rodée et le mesh détendu, il s’avère que la toebox n’est pas si « fine » que ça, si je compare à d’autres marques.

Bref, une excellente Saucony, parfaite pour moi.

Thème de la soirée : St Valentin. Mais pour moi le 14 février est d'abord mon anniversaire. J'dis ça j'dis rien.

Thème de la soirée : petit coeurs et Sacré-Choeur pour la St Valentin. Mais pour moi le 14 février est d’abord mon anniversaire. J’dis ça j’dis rien 🙂

_N7T1178

8 Comments on “Saucony Zealot ISO – un petit Jogging Break pour l’essayer

  1. Hello Endomorfun, on a du se croiser au test Saucony ! « si j’aurais su, j’aurais venu te voir » comme dirait l’autre…soirée très sympa et j’ai moi aussi bien apprécié mes 1ères foulées en Saucony. a bientôt !

    • Je viens de lire ton blog. Dis donc, une soi-disant ex-quiche en sport qui fait tes chronos (à peu près la limite de ce que mon niveau me permettra d’atteindre avec un entrainement régulier), c’est plus que prometteur.

  2. Fan des Kinvara 5, je pense bientôt tenter de nouvelles saucony, les triumph iso ou les mirage 5, présentant un meilleur amorti et donc plus de sûreté sur du long que les kinvara.
    Et les kinvara 6, je dis…vivement!

    • Je suis fan des Kinvara depuis les 3 dernières versions sauf … que même mes K5 se sont trouées à moins de 400 km. bon différemment par rapport aux précédentes. J’ai un trou au niveau des 2 gros orteils comme sur toutes mes chaussures (de ville compris), chaussettes, et comme mes Xodus 3 à l’époque. Bref, c’est normal pour moi. Elles se sont aussi déchirées sur le côté mais pas autant que les précédents modèles. Bref, la solidité n’est toujours pas leur point fort. Mais je sais que j’aurais quand même envie des Kinvara 6.

      En attendant, j’ai craqué pour les Zealot ISO que je vais finalement peut-être tenter au marathon de Rome à la place de mes Hoka Huaka qui s’usent vite aussi (marre de ces chaussures à 140 euros prix public qui s’usent en quelques mois). Pour moi ce sont des Kinvara avec plus d’amorti sur toute la semelle et le nouveau système de maintien est vraiment génial. Vivement qu’ils le mettent sur les Kinvara (7 ?) et les Xodus.

  3. Pingback: Rome 2015, mon premier marathon : la prépa | Endomorfun

  4. Bonjour elle taille comment par rapport aux marques brooks et asics ? meme pointure ou chausse t elle plus grand ou petit ?

    Je compte prendre ce modele
    merci

    cordialement

    • La seule chose que je peux dire c’est que mes deux paires de Brooks (Pure Cadence et Pure Connect 2) sont en 44,5 (10,5 US) et mes toutes mes Saucony de route en 44 (10 US), celles-ci comprises.

  5. Pingback: [Récit] Comment j’ai géré mon 3ème Salon du Running | Endomorfun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.