[Test app] Soyez « Aw-air » de la pollution avec Plume Air Report 

Ces derniers temps, à Paris mais aussi, je pense, dans une bonne partie de la France, nous avons vu débarquer la canicule. Nos séances de course à pied ont commencé à devenir infernales, à moins de se lever à 5h du mat’, et encore. On a même vu une soi-disant « nuit tropicale » qui ne rafraichit même pas l’air. Je le sais d’autant mieux que j’avais fait gaffe à respecter mon temps de sommeil et ma forme pendant toute la semaine en prévision d’un test VMA chez XRun, ma nouvelle structure de coaching. Râté. J’ai à peine dormi pendant cette nuit trop chaude, veille du test. Et pour couronner le tout, même en mettant le test à 8 heures, la chaleur nous avait déjà devancés et tapait dur sur la piste du stade Suzanne Lenglen d’Issy les Moulineaux.

Mais la chaleur en milieu urbain n’est pas le seul problème qui va gêner le runner accroc. Je dois même avouer que je la gère plutôt mieux qu’il y a quelques années, quand je pesais 104 kg. Et je me suis même permis quelques footings à midi. Je sais, ce n’est pas bien. Ceci dit, en Janvier, je suis sensé parcourir 128 km au Cambodge par une chaleur sèche qui va ressembler à ce que nous avons vécu ces derniers jours. Je me conditionne.

Par contre, l’autre problème, beaucoup plus gênant et beaucoup moins gérable, c’est la pollution de l’air. Si vous avez tenté l’Eco-Trail de Paris cette année, vous savez de quoi je parle. De nos jours, on passe un peu d’un pic de pollution à un autre. Au final, les plus conscients d’entre nous (n’est-ce pas Anne-Claire ?) pensent à regarder l’indice fourni par Air Parif ou autre. Mais nous sommes encore trop peu nombreux à en faire un facteur de décision, même si on est tous d’accord pour râler. Il faut savoir qu’une ville comme Paris affiche des stats qui font peur : seulement 10 jours par an d’air pur, 11 jours de très fort pics et 80 jours de pollution forte. Rien que ça !!!

Mais ça c’était avant …

Vous n’aurez plus d’excuse pour prendre conscience du danger et adapter votre pratique urbaine quand vous aurez, comme moi, essayé l’application Plume Air Report de la startup Plume Labs. Si, comme moi, vous regardez l’application Météo France de prévision heure par heure de la pluie avant de mettre une basket dehors, vous apprécierez cette petite application toute simple qui fait pareil sur les données de pollution, fournies par Air Parif ou les associations ATMO en France. Plume Labs a effectivement développé un modèle statistique qui lui permet de vous afficher, non seulement l’historique et la situation actuelle, mais également une courbe de prévision heure par heure. Et ce dans un soixantaine de villes dans le monde dont 11 en France : Paris, Bordeaux, Chamonix, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Strasbourg et Toulouse.

Cette application est pour l’instant disponible gratuitement pour iPhone/iPad et une version Androïd est prévue. Plume Labs cherche d’ailleurs des testeurs.

La pollution c’est compliqué.

Notre air va être pollué par plusieurs constituants dangereux : les fameuses particules fines, le dioxyde d’azote,et l’ozone, le dioxyde de soufre et le monoxyde de carbone. Si vous voulez en savoir un peu plus, une petit icône (i) sur l’écran principal de l’application vous donnes toutes les explications, à la portée d’un néophyte.

IMG_3548

IMG_3549

 

Mais pour plus de facilité de compréhension, Plume Labs a défini une indice, le Plume Index. Ce qui va permettre d’avoir un seul nombre, toujours en s’inspirant de la météo avec la température. Et une échelle de gravité en fonction de la valeur de cet index est fournie. Autant dire que jusqu’à 20 tout va bien, après …

IMG_3547

Une approche ludique pour un problème très sérieux

Le fonctionnement est simple : on choisit sa ville et la courbe s’affiche. On peut voir l’indice en fonction de l’heure en faisant glisse le curseur. Et pour 4 types : course à pied, vélo, sortie avec bébé ou … apéro en terrasse d’un bar, vous aurez un bon conseil entre « Allez-y » et « A éviter » en passant par « Ne pas forcer » (sur l’apéro ?). La couleur est fonction de l’échelle, avec un petit nuage qui a une expression qui dit tout. A Paris, il ne sourit pas beaucoup. Et vous pouvez adapter l’application à une éventuelle sensibilité particulière à la pollution.

On va peut être attendre un peu non ?

On va peut être attendre un peu non ?

Ma première réaction a été de dire : « oui c’est bien, je suis conscient que c’est important mais ce n’est pas ça qui va m’empêcher de courir ». Mais au final je me prends au jeu de faire comme pour la pluie. Je peux attendre une heure de plus si la pollution baisse un peu. Cela fait souvent la différence.

Me voilà donc « aware » de l’air que je vais respirer quand je cours. Ensuite, bien sur, le geek du quantified self que je suis imagine que ce serait bien de pouvoir mixer les données de la pollution avec ses séances sur Strava ou autre. Afin de voir l’influence de notre air sur mon cardio, voire mes performances. D’ailleurs, Plume Labs me dit que je ne suis pas le premier à faire cette suggestion.

En tout cas, il est grand temps de changer un peu notre comportement face à un problème plus que récurrent. Ou alors de déménager. Mais là encore, surprise, Chamonix, capitale européenne de notre passion du trail running, affiche souvent un indice pas très engageant.

IMG_3550

A la montagne, ce n’est pas mieux !!!

 

Les plus

  • la simplicité de l’indice de pollution et de l’échelle
  • le design sobre et beau avec une expérience utilisateur exemplaire.
  • 60 villes dans le monde, ouahou !!!
  • application gratuite (au moment où j’écris)
  • adaptable selon 3 niveaux de sensibilité à la pollution.

Les moins

  • Si j’écoute cette application, à Paris, il faut que je ne coure que la nuit. Et encore, pas la tropicale.

La page Facebook de Plume Labs : https://www.facebook.com/PlumeHQ

Le site : https://www.plumelabs.com

Pour voir l’application à télécharger sur iTunes c’est par ici.

Logo – Plume Labs – Bleu

One Comment on “[Test app] Soyez « Aw-air » de la pollution avec Plume Air Report 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.