[Test textile] La compression version Thuasnes Sport

HEY !!!!!

(Been trying to meet you…hmmmm hmhmhmhmmm)

Ok, pardonnez cette introduction musicale – so Pixies– totalement indépendante de ma volonté et due à un cerveau qui, depuis le Marathon de Paris et notre ultramarathon islandais, ne cesse de tourner à mille à l’heure, produisant ainsi des associations d’idées possiblement décousues.

Le rapport avec les manchons de compression et les chaussettes de récupération de THUASNES  SPORT ? Aucun. (J’irais bien refaire un tour, du côté de…ok j’arrête)

Figurez vous que, après une coupure estivale bien méritée (si si !), j’atterris un soir de fin août, cette fois tout à fait volontairement, à la Pasta Running Party de la Runnosphère, animée par l’ami Jean-Pierre Run Run. Pour être tout à fait honnête, la perspective de bouloter des parts de pizza, et des pâtes al dente, pleines de super sauce au fromage, avec une bière italienne en prime et une mousse au chocolat pour couronner le tout, constitue ce soir là une motivation à part entière. Et puis, événement rare, j’ai envie de causer ou entendre causer de course à pieds avec des inconnus. Je consens donc à ce moment là à une immersion sportive en vue de socialiser.

La marque Thuasnes, spécialiste entre autre de la contention médicale depuis des lustres (créée en 1847, des lustres vous dis-je), est l’invitée d’honneur. Sans que je m’y attende, et de l’avantage d’être la seule fille bloggueuse restante en fin de soirée, son représentant me lèguera au moment de repartir, une paire de manchons à compression ainsi qu’une paire de chaussettes de récupération. Roses. Les mêmes que Nathalie Mauclair, même que.

« Ah ben ça, ça tombe biiien aloooors ! »

Laissez moi vous expliquer pourquoi. Après une préparation marathon de trois mois, plutôt éprouvante, le marathon en lui même, un Lozère Trail bien casse-pattes, sous le cagnard de Chanac, ET 1 mois et 4 jours plus tard, le fameux Laugavegurinn Ultra-marathon et ses 55 km, pour 1900m de dénivelé positif, duquel mes jambes ressortent totalement abattues, tout ça malgré un renforcement musculaire soigneusement travaillé en amont, je m’interroge sur mes capacités de récupération, et sur la manière d’optimiser les courbatures après course. Ce n’est pas comme si j’étais sur le point de rentrer en préparation Saintélyon et que ça me ferait flipper, mais pas loin.

Pourtant le prix de ce type de produits est encore un frein pour moi, et j’ai du mal à envisager un investissement aussi élevé pour une « simple paire de chaussette ». Et soudain le hasard fait que je me retrouve d’un coup avec non pas une paire de chaussette, mais deux ! Pour deux utilisations différentes. Youpi tralala !

Toute contente de cette acquisition surprise, je décide de partir sur un mois de tests pour pouvoir pondre un article aux petits oignons et expliquer aux béotiennes et béotiens comme moi pourquoi les chaussettes à compression représentent, oui ou non, un super investissement.

Les manchons de compression UP’ Venoflex

La compression durant l’effort, je connais déjà un peu, grâce à mes chaussettes Skins et Kalenji. Mais pour être tout à fait honnête, je n’ai jamais su dire si les sensations de maintien étaient le fruit d’un effet placebo ou non. Et même si j’avoue tout de même avoir apprécié le port de mes Skins durant la deuxième partie de mon ultramarathon islandais, je reste un peu sceptique sur les prétendus bienfaits de la compression pendant les courses. D’ailleurs, les Skins ne m’auront pas permis d’éviter une semaine de démarche en mode John-Wayne-grabataire-passé-sous-un-camion suite au Laugavegurinn, so… Concrètement, qu’est-ce que les manchons Thuasnes peuvent m’apporter de plus ? Je décide pour en avoir le cœur net de les porter durant toutes mes sorties longues (et dieu sait qu’elles sont longues, n’est-ce pas chéri ?) et quelques uns de mes entrainements avec Urban Running.

2h40 en forêt de Meudon, 2h en forêt de Fausses Reposes, et 3h40 dans le fameux circuit de 25 bosses plus tard, je n’envisage plus vraiment de pouvoir continuer mes entrainements sans les porter. Chevilles, mollets et tibias : tout le monde est ravis par la sensation de maintien procurée.

IMG_2898

Le serrage est optimisé de la cheville jusqu’au genou, et favorise véritablement le retour veineux . En terme barbare, on appelle ça la compression dégressive. Pour faire court et facile : le sang circule mieux dans les jambes et, de fait, l’oxygène qu’il transporte est plus efficacement renouvelé. En termes de sensations, ça donne donc des jambes moins lourdes, moins douloureuses, et plus endurantes sur la longueur.

Sans vouloir remettre en cause les capacités et le professionnalisme des autres marques, Thuasnes possède un véritable savoir faire dans la contention médicale, appliquée ici à la compression sportive, et ça se sent. Pas étonnant pour un groupe français présent sur le marché depuis si longtemps, et dont la renommée est mondiale.

Niveau tissu, on tape dans le haut de gamme : coutures plates, fibre respirante, compression homogène, et enfilage facile = manchons doux, anti-transpirant, anti-frottement, anti-irritation, anti-odeur et anti-crampes. 4 tailles disponibles, 1 hauteur, 3 coloris (rouge, orange ou fuschia…soupir), et un combo polyamide / elasthanne pour une élasticité et une compression au top. Elle est pas belle la vie ?

Les autres avantages des manchons : exit les crises de nerfs des chaussettes à compression à 50 balles, trouées au bout de 4 utilisations pour causes d’ongles de doigts de pieds trop longs ! Porter des manchons c’est aussi sûrement la possibilité d’économiser quelques ronds en renouvelant un peu moins souvent sa garde robe de runner.

Toutes proportions gardées, on pourra tout de même leur reprocher de

1) tenir chaud,

2) obliger le port de socquettes basses assorties ou presque, afin d’éviter tout litige esthétique,

3) ne pas être facile à enlever.

 

Les chaussettes de récupération UP’ Venoflex

Cela étant dit, le bénéfice physique n’est véritablement rendu possible, à mon avis, qu’avec l’utilisation complémentaire des chaussettes de récupération, dont je teste pour le coup les bienfaits pour la première fois.

Certes, à l’inverse des manchons, l’enfilage n’est pas chose facile, et la première heure d’utilisation est plutôt déroutante. La compression est élevée et cela procure une sensation pas forcément très agréable au premier abord. Il faut un temps d’adaptation, dirons-nous. Pour ne rien vous cacher, j’éprouve comme une certaine libération à chaque fois que je les enlève (en m’acharnant dessus pendant 10 minutes, uuumfff !!!). Il faut dire que je les garde 2 à 3h après chacune de mes sorties, comme préconisé.

Quelques petites choses appréciables durant l’utilisation : pas de transpiration, donc pas de sensation de pieds poites, ni d’odeurs.  Les chaussettes de récupération sont conçues sur le même principe que les manchons, et présentent donc globalement les mêmes avantages, à un détail près : la sensation de fraicheur des pieds, due à la présence de menthe dans les fibres du tissu. Véridique, les chaussettes sentent la menthe ! (NdeJG : La fiche produit précise : microencapsulage senteur menthol qui dure environ 10 lavages)

Au-delà de ces caractéristiques pratiques secondaires (mais néanmoins remarquables), les chaussettes font-elles au final une grande différence point de vue courbatures ?  Pour moi la réponse est sans appel. Oui. Bien sur, je ne suis pas en train de vous dire que vous n’aurez pas mal aux cannes du tout dans les jours qui suivent une grosse sortie. Pour autant, le port des chaussettes de récupération Thuasnes semble réellement réduire les douleurs musculaires d’une part, mais également le temps de récupération de vos gambettes ! Autrement dit, les courbatures sont moins intenses, et elles durent moins longtemps. Je peux donc rechausser autre chose que des baskets au bout de deux jours au lieu de quatre pour aller bosser, et ça, c’est fantastique ! Du coup j’aurais presque comme une envie de vous recommander leur utilisation après chaque sortie un peu corsée, même si à mes yeux rien ne remplace la vraie récup’ : LE REPOS ! (affirmation validée par mon chat Oz, spécialiste en coach siesting de haut niveau).

(NdeJG : tu peux aussi passer une heure les pieds en l’air contre un mur mais si tu dois faire autre chose de ta journée, les chaussettes de récup’ restent un bonne option.)

En conclusion, mon ressenti envers Thuasnes après expérimentation de la gamme Venoflex : une marque historique qui revendique avec fierté son savoir faire et sa capacité d’adaptation au monde sportif, et qui peut largement se le permettre aux vues de la qualité et de la finition de ses produits. Une marque au marketing juste, qui ne propose pas une gamme étendue de 36 produits dont on ne saisit jamais vraiment les différences. Une marque qui ne triche pas sur ses arguments de vente et dont les produits savamment étudiés procurent un réel confort pendant et après course.

Bref, une marque à la hauteur de sa réputation.

Pour en savoir plus : Le site du fabricant.

 

L'histoire de ce savoir-faire français reconnu en matière de textile médical, par l'actuelle  PDG de Thuasnes.

L’histoire de ce savoir-faire français reconnu en matière de textile médical, par l’actuelle PDG de Thuasnes.

One Comment on “[Test textile] La compression version Thuasnes Sport

  1. Pingback: [Test Textile] Pas d’ampoule après 8h de trail. Grâce aux Thyo Trail Pody Air ? | Endomorfun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.