« J’ai épousé un geek du running »

Mon coach Jean-Christophe est forcément un modèle pour moi. Sinon à quoi servirait d’avoir un coach. En tant que bloggueur, sur l’excellent Babaorun,  force est de constater qu’il est aussi bon et pertinent que face à un chrono. Mais il n’est pas tout seul sur la piste. Et la répartie de sa compagne Anne-Laure, une vraie journaliste,  fait le cachet de leur blog. Alors comme il ne sert à rien de jalouser les chronos de JC que je ne rattraperai jamais,  je me dis que demander à mon épouse, mais  également runneuse, de s’exprimer librement sur ce blog, pourrait être une expérience intéressante et me rapprocher un peu du sas élite dans lequel les Babaorun évoluent. Et non je ne lèche pas les bottes de mon coach pour (1) avoir plus d’indulgence que les autres dans les séances de PPG (2) m’excuser par avance de leur avoir honteusement piquer leur idée. Mais laissons donc parler Anne-Claire, déjà co-héroïne de mes CR de courses. (J.G.)

Voici plusieurs jours déjà que mon cher et tendre me somme d’apporter une petite touche personnelle à ce blog, d’en être la caution féminine, en quelques sortes. Du moins, autant que faire ce peut, parce que bon, féminine je ne le suis pas. En tout cas pas trop.  En revanche, je suis plein d’autres choses et il me faut vous dire quoi avant d’en venir aux faits.

Petite, en tout cas pas très grande, (faussement) brune, et myope, j’affectionne tout particulièrement le chocolat et la bière. Paquet de nerfs ambulant, je m’efforce aujourd’hui de privilégier tout élément susceptible de m’apporter calme et sérénité : le ronron des chats, les balades en pleine nature, la musique, parfois le silence… guitariste/chanteuse d’un groupe de rock, j’ai entamé ce mois, pour la sixième année consécutive, une thérapie anti-social-tu-perd-ton-sang-froid, destinée (EN PLUS) à canaliser une certaine agoraphobie et timidité. Pour les nerfs, l’arrêt du tabac, voilà bientôt deux ans, et le running font le reste.

Objectivement, et au delà de ces névroses ordinaires, je suis plutôt sociable, souriante, accueillante, fidèle, généreuse, à l’écoute et pleine d’empathie. Je crois en l’homme et en ses capacités à s’élever moralement pour vivre en paix avec le reste du monde…mais aussi aux marmottes qui mettent le chocolat dans du papier d’aluminium, ainsi qu’aux voyages dans le temps et l’espace via une cabine téléphonique anglaise bleue.

(Grain de sel de J.G. : Et donc, c’est moi le geek ? )

Et pourtant, chers amis, vous devez savoir que cette personne, pleine de compassion, et de bonté naturelle… cette personne, au réveil, avant son café (et même après), RESSEMBLE À ÇA :

1368752_10151917349001450_2001145799_n

Et en face ? En face…la plus grande pipelette que l’humanité aie jamais connu (du moins m’apparaît-il comme tel sur le coup) : Jean-Guillaume, 46 ans, ex-geektariste, nouveau runner intarissable et (trop) plein d’entrain. Accessoirement conjoint.

7h du matin

Lui : – « HELLO MY COCOTTE ! CA TE DIRAIT DE COURIR UN SEMI MARATHON DE NUIT LE MOIS PROCHAIN ?????!!!!!!!! 😀 😀 😀 😀 😀 !!!»

La bête : – «…umf »

Lui : – « Bon ça inclut que tu te fasses un plan d’entrainement avec du fractionné, et aussi de la PPG pour te muscler un peu, et puis faudrait mesurer ta VMA, et revoir le DROP de tes baskets, et acheter une frontale, et une montre avec un GPS genre comme ma Garmin, et puis j’ai lu dans Joggeur que… »

Moi : – « YOYO ! » (C’est moi – JG)

Lui : – « OH MAIS T’ES CHIANTE ON PEUT JAMAIS TE PARLER LE MATIN !!! »

Moi : – « BEN ALORS ME PARLE PAS !!!!!! »

Ambiance chez les Birot.

(Gain de sel de J.G. : En attendant, on est inscrit à « Carrière by night » et tu as même recruté une de tes copines que tu as honteusement converti à la course à pied)

La journée commence, et se déroule comme suit : 4 posts Facebook relatifs à la course à pied (oui ceux qui me connaissant le savent, je passe une grosse partie de ma vie sur Facebook, my name is big Brother !),  6 conversations sur le mur de runners amis, 1 invitation pour la Pasta Running Party mensuelle de la Runnosphère, 3 sms tergiversant, dont un sur le modèle des Kinvara à privilégier en prochain achat, un autre sur la couleur à choisir. 1 « ambiançage » en règle pour une inscription à une course de 12 mille kilomètres, 3 incitations à venir rejoindre la Urban Running team (mais espacées).

Bon dieu il est déjà 19h. Il passe en coup de vent à la maison se changer pour l’entrainement.

20h, il rentre de l’entrainement

Lui : – « ALALA ON A FAIT DES POMPES, ET PUIS APRÈS ON A COURU COMME-CI, COMME-ÇA, ET PUIS APRÈS ON A FAIT DU FRACTIONNÉ, ET LÀ LE COACH… »

Moi : «…umf »

Lui : – « …et donc je lui répond que c’est peut-être dû à la séance de PPG d’hier, mais bon du coup, j’ai peut-être une aponévrositemachinchouette de la voute plantaire, voilà pourquoi il faut que je trouve une balle de golf, et… »

Moi : – « YOYO ! »

Lui : – « …MAIS T’ES CHIANTE ON PEUT JAMAIS TE PARLER, MÊME LE SOIR !!! »

Vis ma vie de femme de geek de la course à pied.

Mais aussi celle de runneuse de mauvaise foi qui fait encore genre de pas en être, et dont il n’hésitera pas, j’en suis sûre, à relater l’hystérie devant une paire de New Balance 890 multicolore, les insomnies pré-course quasi systématiques, la lecture secrète de Joggeur, Runner’s World et compagnie, les footing de décrassage jamais en dessous de 10km… et j’en passe.

(Grain de sel de J.G. : Ah ben là oui alors. Tu veux que l’on compare nos achats chez  I-run et Raidlight ? Et tes 600 km enregistrés pour 2013 sur Runtastic, sachant que tu ne l’utilises pas systématiquement, surtout en trail ? Tes lubies sur des gourdes et waterbag, des vêtements à compression ou les Vibram Five Finger ? Les copines que tu « ambiances » et qui se lancent dans les courses avec nous ? Bon j’ai au moins réussi à te faire venir chez Urban Running. Mais c’est parce que tu prépares le Marathon de Paris d’Avril 2014 et l’Ultra-marathon du Laugavegurinn en Islande, en juillet. Rien que ça. Et je finis par te rappeler un petit détail : c’est toi qui m’a exhorté à me mettre à courir quand je cherchais à perdre du poids.)

Capture d’écran 2013-10-09 à 08.38.42

Oui, j’ai basculé du côté obscur de la force, et non, il ne m’a pas mis un couteau sous la gorge pour que j’en arrive là. Quoiqu’il en soit, je souhaitais adresser un message de soutien à tous les conjoints, qui se sentent peut-être parfois (à juste titre ?) complètement dépassés par la passion dévorante de leur moitié pour la course à pied : NON, VOUS N’ÊTES PAS OBLIGÉ DE MANGER DES NOUILLES TROIS FOIS PAR JOURS PENDANT UNE SEMAINE lorsqu’une course est sur le point d’être couru. DITES NON À LA DICTATURE DU GLYCOGÈNE !

Et aux autres marques de despotisme aussi :

* Le jaune fluo mélangé au vert et orange. Vous avez raison de penser que c’est décidemment trop laid. Ça l’est.

* Le levé à 6 du mat le dimanche parce qu’il faut déjeuner 3h avant une course (et puis pas n’importe quoi, en plus !) Bordel, quand même, c’est dimanche !

* Le fait d’aller courir à tout prix, quel que soit le temps, quelle que soit la pluviométrie. Non, rejoindre le « Club des Cons qui Courent Sous la Pluie ® » n’est pas une obligation et vous êtes en droit de douter du plaisir que cela est sensé procurer.

* Les leçons de morales du sportif « tu vois, si tu faisais du sport… ». Stop. Personne ne peut vous changer, sauf vous.

* La surconsommation « ils-ont-changé-la-couture-de-sens-sur-le-brassard-kalenji-c’est-quand-même-plus-pratique-pour-manipuler-mon-nouvel-iphone ». LOL.

* La propension du sportif à croire qu’il est sans cesse en train de grossir. Don’t panic, les envies de foutre des baffes sont tout à fait normale. Respirez un grand coup et arrêtez de culpabiliser pour cette cuillère d’huile d’olive que vous avez mis sur vos endives à cuire.

(Grain de Sel de J.G. : tu ne peux pas nier que quand même, j’ai encore des efforts à faire au niveau de la ceinture abdominale. Non ? Si ? Je savais que tu mettais trop d’huile d’olive dans tes endives braisées)

Et tant d’autres. Et tant d’autres…

Allez,  à la prochaine !

(JG : Ah chouette, il y aura donc une prochaine !!!)

1371325_10151917350116450_1619095772_n

3 Comments on “« J’ai épousé un geek du running »

  1. Je surkiffe ! Et on dit que les contraires s’attirent mais là j’ai l’impression que ce n’est pas une généralité. Bref, j’adore votre coté Laurel et Hardy. Non ne me demandez pas qui est Laurel et qui est Hardy vous êtes assez intelligent pour le savoir 🙂

  2. Pingback: La course des terrils 2013 – Vidéos | Endomorfun

  3. Pingback: Semi-Marathon de Paris 2014 : le récit d’Anne-Claire | Endomorfun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.