Le « social running » sur internet, DailyMile et les donuts

Vous avez compris, avant d’être un runner, j’étais ce que l’on appelle abusivement un geek. Le fait que l’internet, les applications mobiles et les réseaux sociaux font partie de mon vrai métier n’arrange rien. J’ai donc découvert que la version moderne du jogging avait également succombé à l’hyper-connectivité de nos vies quotidiennes.

« Socialisons » donc

Pas une marque de montres, de chaussures ou d’application GPS/Cardio n’a oublié son site web, délaissant les logiciels installés sur l’ordinateur personnel. Garmin, par exemple, laisse à l’abandon le développement de son excellent Training Center au profit du site Garmin Connect qui offre, selon moi, moins de fonctionnalités purement analytiques que son prédécesseur. Mais le web apporte une dimension que tous mes collègues web-marketeurs connaissent bien : on joue sur l’«ego-trip» en ajoutant aux stats une dimension «réseau social». Les gens vont partager leur performance, entrer en contact avec d’autres runners et discuter voire plus si affinités. Dans un réseau social digne de ce nom, la dimension «site de rencontre» n’est jamais très loin. Il est quand même plus pratique de «draguer»  au repos derrière son écran que totalement essoufflé pendant une sortie longue sous la pluie. Mais ce n’est pas notre vraie motivation n’est-ce pas ?

Dans le domaine du «Social networking», les deux géants généralistes que sont Facebook et Twitter ont écrasé beaucoup de velléités de créer des réseaux spécialisés dans un domaine. Ils sont loin nos forums dédiés sur le très vieux Web 1.0. Visiblement, par le truchement des marques phares, le running fait partie des exceptions. Il faut dire que le monitoring, le suivi de données et les statistiques, très répandu chez les sportifs d’endurance, s’inscrit bien dans la mouvance du «quantify self». On veut tout savoir sur notre pratique sportive et la comparer à … nos amis.

Oui, j’ai des nouveaux amis sur Runtastic. Des gens que je n’ai pas sur Facebook. Des gens qui m’ont contacté suite à la lecture de ce blog par exemple. D’ailleurs le blog est le dernier ilot d’individualisme de cet océan ultra-social qu’est devenu internet. Sauf que bien sur, un blog suppose une page Facebook, un compte Twitter et des «likes» et «retweet» en masse. D’ailleurs, il faudrait que j’y songe pour endomorfun.fr.

J’ai aussi bien sur un compte sur Garmin Connect. Et si je change de montre, j’aurais probablement un compte sur Movescount.com (Suunto), polarpersonalrtaner.com, Nike+ et dieu sait quoi encore.

J’étais très content des fonctions sociales de Runtastic jusqu’à présent. Surtout les encouragements audio. Ca m’a bien fait rire le «lâchage» de mes amis pendant le Semi-Marathon de Paris. J’avais tellement d’encouragements que je n’arrivais plus à écouter la musique. Je n’ai jamais partagé systématiquement mes entrainements sur Facebook. tout au plus les courses. Par contre, pour la partie gestion de mes stats, et malgré mon abonnement Gold, il me manquait certaines fonctions. Fonctions que j’avais sur Garmin. Et encore.

 «Donne nous aujourd’hui notre mile quotidien !!!»

(Allez j’ose : cette citation vient de la prière «notre paire» que j’adresse à mes running tous les matins. Ceci est ma première tentative d’humour pourri sur ce blog. Soyez indulgent)

Grâce à certains récents contacts chez les runners,  j’ai découvert, il y a peu, le site DailyMile. De prime abord, le principe ressemble à du micro-blogging à la Tweeter. On y «tweete» ses entrainements. Du coup, on a la possibilité de partage et de valorisation de son ego mais aussi une version virtuelle du bon vieux carnet d’entrainement. Et c’est sur ce volet que je trouve ce site un cran au dessus des autres.

Tout d’abord la zone de message libre, le «tweet» donc mais sans la limitation des 140 caractères. Celle-ci permet de rentrer à la fois la définition technique de notre séance d’entrainement et des informations informelles de ressenti. Vous pouvez d’ailleurs voir mon dernier entrainement sur DailyMile dans la colonne de droite de ce blog.

La saisie d'un entrainement dans DailyMile.

La saisie d’un entrainement dans DailyMile.

Dans les champs imposés, vous avez les classiques : la date, le sport (running, marche, nage, vélo), la durée, la distance et un smiley pour le ressenti. Et c’est tout. Ensuite, certains champs cachés peuvent devenir visibles : l’effort perçu, la météo, les fréquences cardiaques moyenne et max, les calories brulées. Jusqu’ici, nous sommes encore dans le standard.

Les champs optionnels dont  mon préféré, le matériel utilisé. Ici mes chaussures.

Les champs optionnels dont mon préféré, le matériel utilisé. Ici mes chaussures.

 

Vous connaissez le « godasse monitoring » ?

Deux champs d’une simplicité enfantine m’ont particulièrement séduit. Le premier est tombé au bon moment. Je constate depuis peu que mes deux paires de running, New Balance 890 V2 achetée en Novembre 2012 et Saucony Kinvara 3 achetée en Mars 2013, commencent à être usées. Les deux presque au même moment sans que j’anticipe cela. Après estimation, difficile mais réaliste, du kilométrage respectif de ces deux paires, je me rends compte que j’ai largement dépasser les 700 km par paire. Erreur de débutant, je me retrouve avec des échéances de course proches à devoir envisager une paire neuve.

Je cherchais donc un moyen simple de surveiller le kilométrage de mes chaussures, aussi bien mes running que mes trails, et DailyMile me propose une solution élégante. Je dois même avouer qu’après avoir apprécier le côté «microblogging/carnet d’entrainement simple» du site, cette fonction de gestion du matériel (gears) m’a définitivement convaincu. Les gens derrière ce site pensent à tout et ont les mêmes préoccupations que moi.

Les kilomètres de chaque matériels.

Les kilomètres de chaque matériel.

Dans la partie paramètrage (setting), je peux voir mes kilomètres par paires. Bien sur, ceci n’est pas limité aux chaussures. Si cela vous chante, vous pouvez gérer l’usure de vos bâtons, vos textiles, vos chaussettes, vos pneus … A chaque entrainement, vous n’avez qu’à cliquer sur les matériels utilisés.

Dans le même ordre d’idée, vous pouvez également gérer des mots-clés. Associer un mots-clés à un entrainement va permettre de filtrer l’affichage des statistiques. A noter que celles-ci, en version gratuite, sont aussi simples que visuellement sympathiques. C’est quand même le seul site qui vous donne un équivalent des calories brulées en … Donuts. Les fans d’Omer Simpson apprécieront.

L'écran de stats. Très coloré.

L’écran de stats. Très coloré.

 

Vous pouvez donc imaginer toute sorte d’application pour créer un filtre d’analyse sous forme de mots-clés. Par exemple, vos spots ou vos types des sessions (VMA, seuil, Sortie Longue, Course…). A noter que la météo peut également servir de filtre.

 Et pour le reste du monde, on fait quoi ?

DailyMile offre donc, avec des concepts simples, une souplesse dans le suivi de ces entrainements que les autres n’ont pas forcément. Et les fonctions classiques d’un réseau social ne manquent bien sur pas à l’appel. De la publication de messages simples, de vidéos ou de photos au partage de parcours au format GPX, tout y est. Ajoutez-y la possibilité sympathique d’organiser des challenges avec la communauté.

Un exemple de challenge : "courir 60 miles dans le mois".

Un exemple de challenge : « courir 60 miles dans le mois ».

L’autre élément de l’approche qui m’a séduit c’est la mise à disposition de ce que l’on appelle une API (Application Programming Interface). Je vous épargne plus de jargon informatique. Cela signifie qu’un développeur peut intégrer des fonctions du site dans ses applications mobiles. D’ailleurs DailyMile n’a pas d’application mobile officielle. J’ai compris qu’une était en préparation. Mais vous disposez déjà d’applications tierces sur iPhone ou Android. La plus simple et immédiate, quoique limitée par rapport aux fonctions du site, s’appelle Electric Miles.

Cela n’est bien sur pas limité au monde du mobile. Cet outil permet également de développer des passerelles avec d’autres services. DailyMile ne fournit d’ailleurs en standard que la synchronisation avec Garmin et Nike+.

 

Des applications intégrant l'API de DailyMile.

Des applications intégrant l’API de DailyMile.

 

Conclusion

Limité pour l’instant à la version standard gratuite, mon ressenti quant à tout ce qu’offre DailyMile est plus que positif. Tant en matière de fonctions sociales et d’intégration avec les réseaux sociaux de référence que de gestion analytique des entrainements, tout donne l’impression d’avoir été pensé par des pratiquants. J’ai déjà importé mon historique Garmin pour en faire mon outil de référence, Garmin Connect restant plus précis pour l’analyse du fractionné.  N’utilisant plus vraiment l’application Runtastic sur iPhone, je pense qu’à terme DailyMile, DM pour les intimes, va totalement remplacer celui-ci. Ce service me réserve surement encore des bonnes surprises que je ne manquerais pas de partager sur ce blog. En attendant, je suis ici : http://www.dailymile.com/people/jgbirot

Les «killer plus»

  • L’aspect Microblog/Carnet d’entrainement simple.
  • Gestion du kilométrage du matériel.
  • Gestion des mots-clés pour filtrer ses stats.

Les «plus»

  • Indépendant d’une marque.
  • Visuellement très beau et moderne.
  • Import des données d’activités Garmin et Nike+.
  • Import-export de trace au format GPX (non testé)
  • Ouverture vers les développeurs tiers.
  • Excellente offre de widgets pour l’intégration dans des sites ou blogs (cf. la colonne de droite de ce blog). Mention spéciale au nombre de donuts ou au nombre de cheeseburgers brulés dans la semaine.
  • Les challenges : un moyen sympa de se faire des nouveaux amis. La communauté étant très active en Amérique du nord.

Les «moins»

  • Pas de visiblité sur ce qu’offre vraiment la version payante «PRO» que je testerai quand j’aurai résilié mon Runtastic Gold.
  • Version «site web mobile» en retrait.
  • Pas encore beaucoup d’intégration avec des applis ou des montres GPS/Cardio.
  • Pas encore d’application mobiles officielles qui exploitent toutes les fonctions du service.
  • Pas de rapports détaillés sur les activités dans la version gratuite. En particulier, pas de résultat par circuit/intervalle comme sur Garmin Connect.
  • L’import Garmin ne va pas chercher sur Garmin Connect mais utilise le plugin Garmin de votre navigateur. Il n’importe donc que l’historique stocké sur votre ordinateur et pas votre historique complet sur le serveur de GC.
  • Impossibilité d’importer des activités en masse (via fichier GPX, TCX, FIT ou autre)
  • Uniquement en anglais pour l’instant.
Du contrôle des calories dans le fitness moderne.

Du contrôle des calories dans le fitness moderne.

5 Comments on “Le « social running » sur internet, DailyMile et les donuts

  1. Sympa le concept !! Pas mal l’idée de gestion des godasses… moi qui en utilise 4 ou 5 modèles différents selon les séances ça me permettrait de savoir ou j’en suis !

    • Tiens Michel Bowie, je lis souvent ton blog et te vois un peu partout (Raidlight, Google+)

  2. Pingback: Test Apps : myFitnessPal – mon journal de nutrition | Endomorfun

  3. Pingback: Quantified Self, le retour : N’en fais-je pas un peu trop ? | Endomorfun

  4. Pingback: [Test App/Site] Strava pour les runners | Endomorfun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.