Dois-je écrire des compte-rendus de course pour être un « blogger-runner » crédible ?

De nos jours quand on s’intéresse à un sujet, on commence par une recherche sur internet et il y a de fortes chances pour que l’on tombe sur des sites ou blogs de références, plutôt tenus de façon professionnelle. Puis en creusant, on trouve une multitude de blogs personnels qui apportent quelque chose d’un peu différent. Un sens de l’appartenance à une communauté par exemple. Dans la course à pied, certains se regroupent même pour être plus facile à trouver. C’est ce que fait Runnosphere.org. J’espère bien faire un jour partie de cette sympathique communauté qui organise des soirées Pasta Party régulièrement du côté de mon bled – Paris.

Un blog de course à pied traite un peu toujours les mêmes sujets : tests de chaussures et autres matériels, palmarès du runner-blogguer et en général des compte-rendus de courses. D’où ma question. Je prétends tenir un blog sur la course à pied. OK j’ai pris un angle un peu différent qui va bien avec mon statut de débutant. Mais devrais-je également songer à raconter mes courses ?

Après tout, j’adore les CR de mon ami Thomas Verin dont les récits très vivants n’ont d’égal que ses fautes d’orthographe (désolé Thom !!!). Son CR de l’Ironman de Nice de cette année 2013 a toutes les qualités que j’aime lire dans ce genre d’exercice écrit. Oui mais bon voilà. Il fait un Ironman aussi. Ca fait un peu plus rêver qu’un merveilleux 15km dans les jardins de Versailles.

Et il n’y a pas que la course en elle-même, il y a la forme du récit. Il est donc essentiel de me demander d’abord ce que j’aime dans un CR de course. On peut citer le côté épique d’une grande épreuve. A l’instar du best-seller «Born to run» qui est d’abord un excellent livre avant de traiter de course à pied. Les parties relatant les courses sont magnifiquement écrites, émouvantes, haletantes presque éprouvantes tellement on s’immisce dans l’effort des athlètes. Ce n’est pas pour rien qu’il est question d’une adaptation au cinéma, même si je trouve dommage de se passer de l’aspect psychologique difficilement retransmissible dans un film.

Tant qu’on y est dans le haut de gamme, je peux citer aussi «Courir ou mourir», le livre de la mega star de l’ultra trail, Kilian Jornet. Parfaitement complémentaire de ses films, le principal intérêt de ce livre est l’approche mentale parfaitement détaillée par Jornet. Du coup, l’extra-terrestre en devient plus humain. Même s’il ressent au bout de 200 km en montagne ce que nous ressentons au milieu d’un semi-marathon sur du plat. Au passage, quand on ne le voit pas courir, Kilian est très humain. Compétiteur né, avec ses forces et ses faiblesses (si si, il en a), sa première valeur est d’abord le respect. Respect de l’environnement comme respect des autres humains. C’est ce qui rend ce livre intéressant. Mais là je crois que je m’égare. Ai-je vraiment osé parler de Kilian Jornet et de Born to Run pour parler de mes éventuels futurs CR de course de débutant de 46 ans ?

Il reste une autre approche pour «compenser» un peu le manque d’intérêt de mes propres exploits : l’humour et ses variantes, ironie et auto-dérision. C’était une approche que je comptais exploiter au départ ce ce blog mais je l’ai perdu en route. Mon modèle devait être le truculent  « Becoming John », le blog d’un «nul en sport» auto-proclamé qui est devenu marathonien. Une histoire similaire à la mienne. Sauf que je n’ai pas encore tenter l’aventure du marathon.

On trouve plusieurs blogs qui ont cette approche «marrante». Je citerai « L’amour, la vie, la course à pied« , le blog d’une jeune runneuse qui a un niveau équivalent au mien. Ou Babaorun, le blog de Jean-Christophe Savignoni, runneur confirmé et coach chez Urban Running, et de sa compagne, runneuse «dilettante» selon elle, qui lui donne la réplique. Leurs articles sur la nutrition sont un must. Mais leurs visions quelque peu différentes des compétitions sont également une réjouissance à longueur d’articles.

Avec tout cela, je n’ai toujours pas ma réponse. Même si je me doute qu’idéalement, j’aimerais mettre dans mes éventuels CR autant d’émotion que d’humour. La tâche est ardue. D’autant que d’après Google Analytics (oui je vous espionne), les articles les plus lus de mon blog sont ceux relatifs aux tutos ou tests de produits. Et quand je dis «les plus lus» c’est vraiment de loin. Mon expérience du ChiRunning par exemple est quelque peu en retrait. Je me doute qu’un n-ième CR de course pourrait être totalement inutile sauf à faire marrer les gens et devenir un de ces blogguers-chroniqueurs-humoristes . Suis-je assez bon pour ça ? Je vais y réfléchir. En attendant, je pense qu’il est temps de clore l’article le plus inutile de ce blog. Désolé pour votre temps perdu. Je rentre de vacances. Et même si j’ai couru dans les bois de Bretagne ou dans les collines de Toscane (entre deux verres de Brunello de Montalcino, le meilleur vin du monde), je n’ai pas encore de sujet intelligent pour la rentrée.

Et si au lieu de faire des CR de course, je faisais de CR d’entrainement ? Voilà une approche originale. Et ça me permettrait de parler d’Urban Running avec qui j’ai repris les séances coachés il y a quelques jours. Aaaargh !! Babaorun vient juste d’écrire un article sur Urban. Et il est excellent.

Pour commencer, je me contente d’un CR vidéo d’une session Urban un peu spéciale qui a eu lieu fin juillet. Ca montre bien l’état d’esprit de ce «club» pas comme les autres.

5 Comments on “Dois-je écrire des compte-rendus de course pour être un « blogger-runner » crédible ?

  1. N’importe quel course même le 5k du village peut donner lieu à un CR passionnant, ce qu’il faut c’est se souvenir des moments intéressants, ceux qui font changer ton état d’esprit ou ton état physique avant, pendant et après la course. Pourquoi tu as été faire ta course, pourquoi elle s’est bien/mal passé, pourquoi tu vas la refaire, ou pas.
    Tu peux rendre la plus petite des crampes comme l’événement le plus dramatique de ta carrière, et si tu n’as jamais eu de crampe, cours plus vite ou inventes 🙂

  2. Pingback: CR Alesia Trail – La Tendinix – 22 Septembre 2013 | Endomorfun

  3. Bonjour,
    ton billet évoque complètement mes états d’âmes. Je débute, j’aime traduire mes ressentis sur un blog et je parcours le net à la recherche d’infos sur ma nouvelle passion ce qui me fait découvrir des blogs bien intéressants.
    Merci pour les liens fournis.
    Stéphane

    • J’ai écrit ce billet il y a plus de 2 ans et le moins que l’on puisse dire c’est que de l’eau a coulé sous les ponts. J’ai rejoint la Runnosphère et j’ai écrit moultes CR de courses, quand je ne les ai pas simplement filmées.
      Quant à l’humour, je ne m’y suis essayé qu’une fois et c’est l’article non technique le plus lu de mon blog.

      J’ai remarqué que mes récits de course étaient pas mal lus l’année d’après, à l’approche de l’édition suivante. D’ailleurs, je fais exactement ça pour découvrir une course. J’essaie toujours de bien replacer mon expérience dans mon contexte personnel, mon niveau, mes aspirations … Valable pour les courses et les test produits. Après tout ce n’est qu’un blog donc quelque chose qui reflète la subjectivité de l’auteur. J’ai fait des courses mythiques qui intéressent beaucoup de gens comme la Saintélyon ou les Templiers. Donc la situation a beaucoup changé depuis ce billet.

      • +1 au compteur pour cet article collector.
        J’a pris du plaisir à le lire, tellement vrai.
        Je comprends que certains de tes articles soient (re)lus l’année d’après car je fais de même avant une course.
        +++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.