Stair Race Fire Xtrem 2014 – les Sapeurs Pompiers à l’honneur (guest Djodei)

De passage à Nantes pour y voir mon fils étudiant (RIP sa sobriété), j’ai profité de cette belle dernière journée pour me promener dans la ville. Et bien sur, mon oeil a vite été attiré par une arche gonflable, à l’effigie noire et verte d’une chaine de magasin spécialisé bien connu des runners. Une arrivée de course en pleine ville et je ne suis pas au courant.

Moi qui ai pris bien soin de repérer le parcours de ma sortie dominicale, je n’ai même pas vu cette course.

En plus ça ne rigole pas au niveau organisation et sécurité, vu le nombre de … pompiers présent.

Mais je constate vite mon erreur. Les pompiers que je vois, en tenue de feu complète, portent des dossards et ce sont eux qui sont applaudis. Je suis devant ce que l’on appelle une « stair race », une course d’escalier, comme je sais qu’il en existe à La Défense, par exemple. Mais cette course est, renseignements pris, la Fire XTrem et est réservée aux Sapeurs Pompiers. Le terrain ce jeu un peu spécial est le point culminant du centre ville de Nantes, la Tour Bretagne, 32 étages, 700 marches. On s’arête pour voir un peu le déroulement. Ayant des coachs pompiers dans l’équipe Urban Challenge, je pourrais peut-être y reconnaitre une connaissance.

IMG_2913

La Tour Bretagne

Les pompiers fascinent toujours à plusieurs niveaux. Ce sont des super sportifs, il vaut mieux, mais aussi des gens qui n’inspirent que du respect parce que leur métier est de sauver des vies. De les voir en tenue de feu, avec leur casque brillant et plus de 20 kg de matériel sur le dos (dont des énormes tuyaux jaunes), impressionne un tout petit peu plus qu’une course d’obstacle qui ressemble, du coup, plus à Interville qu’à une épreuve sportive. D’autant qu’il fait vraiment très chaud. Cette Fire Xtrem en est la 3ème édition et regroupe 480 participants venus de toute la France.

Au moment de repartir j’entends le commentateur parler d’un coureur équipé de 2 GoPro. Je ne le sais pas mais il s’agit de l’ami Djodei, runner-blogger-youtuber bien connu. Je ne savais pas qu’il était pompiers dans le Val d’Oise. Mais ça doit expliquer sa caisse monumentale. Le gars ne lâche jamais sa GoPro même en plein mur, au milieu d’un marathon à peine préparé. Si vous ne connaissez pas ses films, allez voir son blog. Et ne ratez pas son film à 2 GoPro pour voir cette Fire XTrem de l’intérieur.

Encore Bravo mec !!!

En tout cas, je voulais parler un peu de cette course parce que ce n’est pas si souvent que les pompiers ont le devant de la scène pour autre chose que leur rôle pour lutter contre les drames. Là on est dans le sport, dans la fête, la célébration. Respect !!!

Si j’ai bien compris, le vainqueur en individuel a mis 5 minutes 15 secondes. Impressionnant !!!

IMG_2909

[Vidéos] La chaine ENDOMORFUN sur Vimeo

Depuis le démarrage de ce blog, je promène ma GoPro dans mes courses avec l’espoir d’en ramener des images assez intéressantes pour les partager ici-même. Mais n’étant pas cinéaste documentaire né, ma marge de progression était énorme entre le film de vacance raté et la réalisation de masse Youtubesque. Non pas que je pense avoir atteint une quelconque maturité en la matière. La seule chose dont je suis sur c’est que j’adore ça et que j’essaie de progresser.

Concernant mon activité vidéo liée à la course à pied, j’en suis à une petite dizaine de film que j’ai mis beaucoup (trop) de temps à monter comparé à certains amis bloggueurs vidéo (Vloggers ?). Entre temps, vous êtes passés à plus de 10.000 lecteurs mensuels de ce blog et comme c’est encore un peu les vacances, il est temps que je sacrifie à la tradition des redifs.

Pour cela, j’ai donc créé une chaine Vimeo ou je regrouperai désormais toutes mes glorieuses productions filmées depuis les pelotons ou dans d’autres évènements. Vous pourrez y accéder via le menu de la colonne de droite (tout comme à mon Twitter, ma page Facebook …bref tous les outils du bloggers modernes).

Au menu, comme d’habitude : nos turpitudes de runners/trailers débutants et du rock’n’roll.

Show more videos»

EXCLUSIVITÉ : Le lundi, des patates (ma première interview running)

Récemment débarqué dans le monde des blogs BD, « Le lundi, des patates » de Moe Baxters promène ses galères dans un quotidien à humour glycémique élevé (ce qui ne veut rien dire mais je ne vais pas me gêner pour faire des mauvaises blagues de runner-geek sur les pommes de terre).

J’en ai déjà parlé brièvement ici-même mais certaines histoires concernent la pratique, ô combien réelle, du running par la jeune femme qui se cache derrière ses tubercules.

Je n’ai jamais fait d’interview, alors le risque de sombrer dans les questions débiles étaient non négligeable. Mais à peine sortie de son Semi-Marathon de Paris, Moe a décidé de m’aider en patatant l’interview que je lui avais proposé. Du coup, l’épisode hebdomadaire de « Le lundi, des patates » est diffusé conjointement dans nos deux blogs. Et ça fait vraiment plaisir. Run, Potatoe, Run !!!

Endomorfun-interviewBD2

OK, je suis nul en humour patatoïde et je me suis surpassé en questions lourdingues. Et encore merci Moe d’avoir su tourner ça avec talent.

Maintenant, vous pouvez aller vous délecter de tout le reste de son blog.

Dernière minute : décidément infatigable en dessin autant qu’en course à pied, Moe signe dans la foulée son premier CR de Course en BD Patate sur son blog.

Cadeau d’anniversaire … une patate

Or donc voilà, j’ai 47 ans depuis cette dernière St Valentin. En pleine santé. enfin si l’on exclut une blessure qui m’empêche de courir depuis un mois et demi. Mais le moral reste bon.

Comme le disait Florence Foresty dans un de ses sketchs, un homme pour être heureux a besoin d’une Porsche, un boeuf et .. une patate. Et pour ce qui est des patates, Moe Baxters en connait un rayon.

J’ai donc reçu ce magnifique cadeau de cette étoile montante du blog BD, qui plus est runneuse.

IMG_2376

(Yoyo c’est moi)

Elle m’avait déjà pataté dans un strip sur la course à pied :

IMG_2373

Pas de doute, le buff bleu, le dossard 13231, c’est bien moi

 

IMG_0066Nous aurons l’occasion de reparler ici de sa passion pour la course à pied et les tubercules à haut indice glycémique.
En attendant ne râtez pas ses comic-strips sur le blog : « Le lundi, des patates ».
Enjoy !!!

2013 : Bilan d’une première année de course

J’ai démarré ce blog en Avril de cette année 2013. J’ai démarré la course à pied en Mars 2012. Il n’y a même pas deux ans.

L’année 2013 est donc ma première année complète de course à pied. Je peux donc dignement vous annoncer que je vais me plier à l’exercice du bilan annuel. Le truc où je vais me glorifier de tant d’efforts et de résultats, tout en n’oubliant pas de rester (faussement) modeste et de rappeler que je ne suis encore qu’un petit débutant. Et ex-gros, fumeurs et oisifs mais ça vous le savez déjà.

Je peux faire ce bilan parce que je suis en break hivernal pour 3 semaines : une semaine sans aucune course à pied et deux semaines de reprises très progressives et tranquilles.

Un bilan ça veut d’abord dire des chiffres

Alors tout d’abord, j’ai couru 1900 km cette année. Arf, je ne suis pas arrivé à 2000.  Au niveau du dénivelé, cela représente 24 000 m en positif et 25 800 m en négatif.

En fait, j’ai couru toute l’année, sauf un arrêt d’un mois après le semi-marathon de Paris entre Mars et Avril, pour cause de périostite tibiale bien enflammée. J’ai repris tout doucement, en bossant les enseignements du Chi-Running, comme je l’ai raconté dans mes premiers articles. Puis j’ai repris de plus belle l’entrainement en mode brute à partir de Juin.

1900 km ça fait une moyenne de 172 km par mois si j’exclus le break de Mars. 43 km par semaine. Ce n’est certes pas extraordinaire. J’ai même fait des semaines à 70 km. Mais je n’ai préparé que des courses de 25km maximum jusqu’à présent.

Au niveau de l’entrainement, mon bilan est forcément lié à ceux qui m’ont accompagné d’abord pour le Semi-Marathon, ensuite de Juin à cette fin d’année : Urban Running.

Encadré par 5 coachs de grande qualité, j’ai encaissé 10 séances de VMA courte sur piste, 15 séances de fractionné long sur piste ou chemin, 9 séances de VMA en côte. Sans compter 15 séances de fitness en outdoor avec Urban Challenge et quelques séances de PPG/PPS. Tout ça en 9 mois (2 + 7).

Le reste je l’ai complété par plus de 40 sorties longues, des séances sur piste avec des collègues et beaucoup de footing. Jamais moins de 3 séances par semaines, PPG non comprise sauf pour la récupération. Et 3 séances c’est uniquement pour les vacances. Mon rythme c’était plutôt 5 à 6 jusqu’à ce que ma périostite me rappelle un peu à l’ordre en Novembre.

Et donc, après l’entrainement, il y a les courses.  Le Semi de Paris en 1h46 (5mn/km), Les 20 kilomètres de Paris en 1h38 (4,8 mn/km). Il y a eu aussi une grande course de légende : les 22,4 km de Marvejols-Mende. Sous une chaleur écrasante en Juillet, avec ses deux cols, ses pentes jusqu’à 15% et son ambiance Tour de France. 2h22 pour un semi. Mais c’est de loin ma médaille préférée.

Quelques 10 kms fait en dilettante : La course de la St Valentin aux Buttes Chaumont en 51’53», La foulée Meudonnaise (avec la fin de la côte des Gardes) en 51’15» malgré un retour de blessure récent et pour finir le 10 km des Pères Noël de la Corrida d’Issy-Les-Moulieaux, avec sa double côte légendaire, en 47’43». J’avais mis 53’50 en 2012 sur le même parcours. J’ai donc gagné plus d’un km/h sur cette distance. Malgré la fatigue de l’année. Je n’ai pas forcément l’ambition de devenir beaucoup plus rapide. Ma VMA de vieux débutant n’évoluera surement pas assez pour ça. Mais je pense que descendre en dessous de 45 minutes sur un 10K préparé, si possible roulant et pas surpeuplé, est dans mes cordes. La course des bacchantes – 8km en 35mn – m’a donné envie de ne pas négliger les distances courtes. Même si mes objectifs sont plus sur l’augmentation significative de la distance en 2014 : mon premier marathon et du trail à la limite de l’ultra en fin d’année.

Un bilan c’est aussi de la découverte

Parce que 2013 aura aussi été la découverte du trail. Clairement une révélation, à la fois pour mon épouse et moi. Au sortir de ma périostite, nous sommes allés tenter la course en nature pour le 14km du Lozere Trail. Sous la pluie, donc dans la boue. Avec un dénivelé positif de 500m. Une ambiance beaucoup plus «roots» que dans les grandes courses parisiennes que nous connaissions. Au passage, entre ça et Marvejols-Mende, nous sommes tombés amoureux de la Lozere.

Après cette première expérience, ont suivi L’Alesia Trail (25 km, 700m D+), la Course des Terrils (9km nocturne + 16 km le lendemain), la Carrières By Night (21 km nocturne) et finalement un relais à 4 (16 km) lors de la 60ème édition de la mythique Saintélyon. Courir dans la gadoue, courir la nuit à la frontale, avoir l’impression d’être plus proche de la nature animale que quand on se contente de marcher, sortir de Paris, découvrir des régions de France … les avantages du trail, même comme simple débutant, sont si faciles à énoncer.

Avec les 15 km de la course Royale du «Go Sport Running Tour du Chateau de Versailles», cela fait un bonne douzaine de course. Quasiment une par mois.

Le dernier dossard de l'année 2013

Le dernier dossard de l’année 2013

L’année 2014 sera à la fois l’année de mon premier marathon et l’année du trail. Le Lozere Trail (45 km, 2400m D+) et l’Ultramarathon Lauvegur (55 km, 1900m D+) en Islande sont mes deux projets. Pour l’instant. La Saintélyon ou un trail de montagne de 70 km et plus restent dans un coin de ma tête. Mieux vaut être patient et mon programme est déjà suffisamment ambitieux compte tenu de mon niveau actuel. Je me promets moins de course, plus de préparation et de récupération intelligente.

Et des moyens : Urban Running

Au delà des résultats en chiffres, il faut que je parle de mes coachs. Avoir 5 coachs, même si j’ai toujours eu un seul programme d’entrainement pour un objectif donné, permet d’avoir 5 visions avec chacune sa personnalité.

Olivier, le boss chez Urban Running, est le coach FFA d’expérience. Consultant coaching pour Runners.fr, intervenant régulier dans les magazines, coach de l’USMM et des Etoiles du 8ème … j’ai suivi à la lettre son plan pour le Semi et son plan pour les 20K de Paris et j’ai progressé à chaque fois. Ma VMA mesurée en Juin est de 15. Elle était de 13,5 en décembre 2012 (14 sur un autre test que celui d’Urban). La progression est nette.

Jean-Christophe, JC, avec ses origines corses. C’est un peu le «scientifique» de la bande. On sent qu’il a été sportif pro dans une ancienne vie (Champion d’Europe et France de VTT). Ses préparations pour ses objectifs persos sont des modèles de rigueur et de discipline. Ca se sent aussi dans son coaching. Dans tous les domaines, y compris dans l’alimentation. Il m’aura conseillé aussi bien sur mes résultats en chiffre, que pour les blessures ou la composition d’un bon gâteau. Une nouvelle fois, je ne peux que recommander son blog babaorun.

Karim, le maitre de Suzanne Lenglen à Issy-les-Moulineaux. Le coach qui réserve toujours quelques minutes pour faire des abdos, même après une séance un peu «piquante». J’adore. C’est parce que j’aime aussi me faire mal en PPG que je fais aussi des séances Urban Challenge. D’ailleurs Karim est aussi coach d’UC. Et il est un des deux coachs qui m’ont renvoyé chez moi vraiment cassé en deux après une séance d’une heure. Ce jour là, parait-il, quelqu’un lui avait reproché d’avoir des entrainement «trop cools». Il a voulu rectifier le tir. J’étais dans la session. En dehors de ça, Karim est l’implication faite coach. Il n’est pas rare de le voir faire des tours de pistes avec des gens pour leur donner des conseils en temps réels. Et c’est quand même lui le premier qui nous a traité de «bourricot», les furieux qui enchainent les entrainements et les courses.

Marie, finalement, je l’ai surtout eu lors de la préparation Semi. C’est de loin elle qui a les exercices d’échauffement et de gammes les plus originaux. Certains ont cru tombé sur un cours de Sirtaki. Comme les autres, elle est elle-même une athlète formidable qui cette année aura fait un RP en marathon et participé à la France en Courant, cette énorme course par équipe. Elle et Olivier sont profs dans l’éducation nationale. Il est clair que si j’avais eu des profs comme eux au collège ou au lycée, je n’aurais peut-être pas attendu 45 ans pour aimer l’athlétisme.

Zaïma est la dernière à avoir rejoint Urban Running. Une très belle athlète aussi. Je n’ai eu que 3 cours avec elle mais elle n’a rien à envier aux 4 autres. Je dirais que son sens de l’observation m’a l’air bien aiguisé. D’autant qu’on est toujours une vingtaine dans une séance. Il ne lui a faillu qu’une seule fois pour compléter ma collection de «Jean-Guillaume, redresse toi, regarde loin devant, ne regarde pas tes pieds». Mon gros défaut, maintes fois répété par Olivier puis par tous les autres.

De g.à d. : Karim, JC, Marie, Olivier (avant l'arrivée de Zaïma)

De g.à d. : Karim, JC, Marie, Olivier (avant l’arrivée de Zaïma)

Mais aussi des rencontres

Si on me demande ce que m’a apporté la course cette année, je dois citer beaucoup de noms, de rencontres, de nouvelles connaissances et finalement d’amis.

Toute la bande Urban Running de Vincennes ou d’Issy-les-Moulineaux : Alexandra, la «grande gueule» de Vincennes, Narcisse, la fusée bourricot, Stephan, notre sub 3h au marathon, Bruno notre Chicken Run, Amandine toujours prête pour une course, Cassandre toujours prête pour une course (sauf en nocturne), Richard mon compagnon de course depuis le Semi, Cyril et son sens de la récup un peu spécial, Olivier S., Olivier P., Valérie, Anne-Laure, l’autre BA des babas de Babaorun, Alexis, Eric S. et son petit Pablo très courageux, Eric B. notre dernier relais à la Sainté, Jean-Guillaume (l’autre, celui qui a une VMA de 15,5), Mildred, Sophie, Nabila, Claire et Guillaume, Marc, Sabria, Hervé,  … bon on est vraiment nombreux et je vais forcément en oublier.

Puis il y a les Pasta Running Party de la Runnosphère, cette sympathique bande de bloggers-runners que je vois dans toutes les courses. Récemment, il y a aussi la Raidlight Team et quelques twittos plutôt sympas. Ca fait une grosse communauté aussi bien virtuelle que dans la réalité. J’ai plus que doubler le nombre de mes amis Facebook. Moi qui était plutôt trop sélectif avant.

J’en arrive même à apprécier les parisiens. Enfin ceux que je rencontre dans les courses. Bref, ce bilan n’est pas fait que de progrès chiffrés et de résultats. Il est surtout humain.

S’il faut des chiffres, j’ai quand même acheté 5 paires de chaussures dont 4 de la marque Saucony. Mais mieux vaut ne pas trop s’attarder sur le budget de l’activité «course à pied» de la famille.

Vous avez été plus de 10.000 visiteurs uniques sur ce jeune blog depuis sa création en Avril dernier, pour plus de 20.000 pages vues. Merci à vous aussi.

Blog certifié Runnosphère 250 pixels

RSS My Store

Strava de J.G.