Bilan 2015 : et de 3 !!!

Vieux runner débutant, apprenti trailer,  3 ans d’expérience

Et hop, 3ème bilan annuel depuis la création de ce blog. D’habitude j’attends la dernière course pour le faire, mais malheureusement, la traditionnelle Corrida de Noël d’Issy les Moulineaux, où je comptais tenter de battre mon petit record personnel sur 10km, a été annulée. Depuis les Templiers, l’année est en fait finie pour ma chérie et moi. Dire que nous nous reposons serait faux, vu que notre prochain gros objectif est en janvier.

Au niveau de la course à pied, ce fut une grande et belle année avec plein de belles finish lines et d’aventures. Bien sur, nous n’oublions pas le monde dans lequel nous vivons et malheureusement, 2015 restera une année noire, surtout quand on vit à Paris.

Bilan des objectifs de l’année

Allez, je relis ce que j’avais prévu de faire cette année. Marathon de Rome, Trail des Citadelles 40 km, Lozère Trail 52 km. Jusqu’ici tout va bien. J’ai enchainé les 3 en 2 mois sans aucun bobo. C’est un miracle. Ensuite, j’ai pris conscience que je gagnerais encore plus à devenir raisonnable.

Nous ne sommes pas retournés, comme envisagé, en Islande en juillet. Et probablement que nous n’y retournerons pas de sitôt vu ce que devient le tourisme de masse d’été dans notre pays préféré. Et je n’ai pas été tiré au sort pour l’OCC. Quant à la Saintélyon que je comptais refaire …

Mais je ne pense pas y avoir perdu. Tout d’abord, il y a eu ce trail des Passerelles, si beau et si malheureux pour moi sur ma civière, même si je suis quand même finisher. Mais surtout j’ai pu faire mes courses préférées, l’Alesia Trail 34 km ou les 20 km de Paris, tout en préparant un objectif que je n’avais absolument pas envisagé, le Grand Trail des Templiers, ses 75 (78 ?) km pour 3400 m de dénivelé positif. Autant dire que fin 2014, après avoir pris une leçon d’humilité sur la Sainté, je n’imaginais absolument pas cette course dont le nom résonne terriblement dans l’esprit des apprentis traileurs. Et je suis finisher des Templiers. Je commence l’année par mon premier marathon, parfaitement géré, un trop bien même (je râte l’objectif 3h45 de 5mn par peur d’un hypothétique mur). Je la termine par un trail mythique tout aussi bien géré.

Objectif : Gestion

Parce que la prise de conscience et le véritable objectif de l’année étaient là : apprendre la gestion des courses, quelles qu’elles soient. Après avoir découvert, mes deux premières années, tout ce que la médecine pouvait apporter à un pratiquant de la course à pied blessé, j’ai décidé d’arrêter de faire n’importe quoi.

Les 2 mois de préparation du Maratona di Roma m’ont fait un bien fou. Lassé de la boue et du dénivelé, après la Saintélyon 2014, il fallait me recentrer sur un travail de foncier. Une fois cette étape de l’épreuve reine passée, toujours très importante dans une vie de runner, le gout de la gadoue est vite revenu.

En juin, après une entorse bénigne faite à Fontainebleau, juste avant le Lozère Trail, je décide de focaliser entièrement sur l’entrainement trail. Je rejoins la structure XRun Trail pour bénéficier d’un coaching personnalisé et bien concentré sur ce que je veux faire. Chez XRun, je suis d’abord coaché par Carole, également entraineuse de triathlon, qui me fera passer des semaines à douter de ma capacité à suivre ses plans à la lettre. Surtout la natation. En juillet, Carole nous quitte avec regret et c’est Frédéric Lejeune, brillant coach et traileur de talent, qui la remplace avec une approche radicalement différente. Moins de volume, moins de « rentrage de gueule », mais toutes les intensités sont bossés dans une semaine typique. Je passe deux mois à me demander s’il croit que je prépare un marathon pour bouffer autant de VMA et de seuil, mais le résultat est là. Je commence à finir mes trails beaucoup plus régulier et frais qu’avant, même si je n’ai pas gagné en temps. Le plus important étant que ceci s’avère valable également à la fin des tant redoutés  Templiers.

Et je n’ai pas vu de kiné depuis fin 2014. Je triche en disant cela parce que chez XRun, nous sommes suivi par un kiné pour notre entrainement. Mais je n’ai pas eu à suivre un vrai traitement. L’année n’est malheureusement pas finie et je traine ce qui semble s’être mué en aponévrosite plantaire depuis les Templiers. Cela ne m’a pas inquiété jusque là mais mon objectif de Janvier m’oblige à soigner ça un minimum. En dehors de ça, je n’ai vu mon médecin traitant que pour deux raisons : un certificat médical pour ma licence FFA et les vaccins pour aller faire un virée en Asie du Sud-est.

Le chrono n’a pas été ma priorité de l‘année en trail. Ma VMA a été testé à 16 km/h, j’ai gagné 0,5 km/h par rapport à septembre 2014.  Effet de ma prépa marathon exemplaire ? J’aurais surement pu faire mieux à Rome en prenant plus de risque. Mais qui prend des risques sur son premier marathon ? Dans la même optique, sans forcer, je fais le même temps que l’année dernière (moins 3 mn) sur l’Alesia Trail en finissant dans une état de fraicheur qui me faisait défaut avant. Sans parler de mon temps de 1h40 aux 20 km de Paris, un peu loin des 1h35 et quelques de l’année d’avant. Mais j’ai fait cette course sans aucune préparation spécifique et surtout le lendemain d’une semaine d’entrainement trail non stop, sans repos préalable. Une séance de côte au seuil la veille d’une telle course, ce n’est pas vraiment conseillé pour faire un temps en général 🙂 Satisfait de ma caisse, je n’ai essayé de jouer que la gestion. On verra plus tard pour le chrono.

L’année dernière j’avais pris le départ de 10 courses, du 10 km sur route à la Sainté. Cette année, au final, et parce que certaines ont été annulées à cause des évènements de Novembre à Paris, je n’ai pris que 9 dossards, dont un abandon sur les 10km de l’Equipe. Mon premier. J’étais entre deux trails et cette course sur route qui devait être une fête m’a profondément ennuyé. J’ai arrêté au 4ème km. Ca arrive. Du coup, je n’ai pas pu faire de temps sur un 10 km. Mon RP reste désespérément à 46 mn sur la corrida de 2013 (version avec deux fois l’énorme côte).

Sinon j’ai enfin dépassé les 2000 km annuel en volume de course à pied : 2266 km au 31 décembre d’après Strava, pour plus de 41 000 m de dénivelé positif, sur 188 sorties soit une moyenne de 1 run tous les 2 jours. J’ai diminué mes séances de course à pied en remplaçant un footing hebdomadaire par du home-trainer/vélo.

Le Blog

Outre un nouveau logo fait par un vrai graphiste et quelques changements dans le thème graphique, le blog en 2015 c’est surtout l’entrée dans l’association « Runnosphère » qui l’aura marqué. Cette association, regroupant aujourd’hui 38 blogs, permet d’étendre ma communauté toujours un peu plus. Sans parler d’un petit boost d’audience, du probablement au relais sur le site runnosphere.org de toutes mes publications. On reste un petit blog par rapport à certains de mes compagnons runnosphèriques mais on se défend plutôt bien avec notre côté geek et notre côté « apprenti traileur touriste bien que très sérieux dans leur pratique ».

Au total, notre audience a été quasiment multipliée par 2 depuis l’année dernière et flirte régulièrement avec les 20.000 pages vues par mois.

Capture Facebook Endormofun

Il me suffit de lire un seul commentaire comme celui-ci pour continuer ce blog.

Deux articles ont fait un véritable carton cette année : le premier est le CR du drame de mon arrivée lors du trail des Passerelles du Monteynard, comme quoi le morbide fait vendre. Le second est l’article le moins sérieux que j’ai jamais écrit sur ma vie de « fashion victime du running ». Même Dominique Chauvelier l’a lu.

Mais ce sont bien sur les tests produits qui tirent l’audience vers le haut. Et surtout les montres GPS. Aujourd’hui, je manque surtout de temps pour répondre aux sollicitations des marques de montres mais aussi de chaussures, de nourritures ou d’appareils électroniques. Je ne prends que ce qui m’intéresse mais beaucoup de choses m’intéressent. Et je mets pas mal de temps à écrire mes tests souvent trop longs (si si, vous pouvez le dire, je suis une pipelette).

La Communauté

(ou plutôt les communautés)

Depuis 3 ans, mon environnement social privé s’est considérablement « runnifié ». Bien sur il y a la Runnoshère. Je loupais rarement leur Pasta Running Party avant alors maintenant que je les vois de l’intérieur, cela ne va pas s’arranger. Je compte d’ailleurs m’investir un peu plus encore dans leur organisation. Et notre président à partir de Janvier, Greg Runner, m’a même fait l’honneur de me prévoir au bureau comme vice-secrétaire et de m’impliquer plus particulièrement dans l’organisation des « pasta » parties.

Il y a aussi un sujet qui nous tient à coeur, le respect de notre terrain de jeu de traileurs. L’année dernière, nous sommes devenus membres de la Trail Runner Foundation, association du sud-ouest, calquée sur le modèle de ce qui marche très bien dans le monde du surf pour organiser des nettoyages de site et valoriser le respect de l’environnement. Outre un brassard, des stickers et un logo, notre engagement n’est pas allé plus loin que ramasser quelques tubes de gels pendant nos courses. En même temps, c’était le but premier. Mais pour 2016, les fondateurs ont décidé de faire grandir ce bébé. Et nous comptons bien nous investir un peu plus dans la vie de cette association et, idéalement, encourager sa représentations en Ile de France. J’en reparlerai bientôt.

Après, il y a les potes. Ceux d’Urban Running sont toujours là. Même si certains, dont moi, ne s’entrainent plus vraiment avec la structure. Anne-Claire assure le relais et on se voit très souvent sur les courses. Pour ne pas dire que l’on y va souvent ensemble. Et ce sera encore vrai pour notre objectif de Janvier.

De mon côté, j’ai bien sur un autre groupe chez XRun. Tout aussi sympa et tout aussi près à partager ses runs et ses projets. L’esprit de « team » est très présent chez XRun parce qu’il est aussi véhiculé par le staff, bureau, kinés et coachs, et pas uniquement par les adhérents comme c’est souvent le cas chez Urban Running (si on exclut l’investissement personnel de certains coach, dont l’irremplaçable Karim qui reste le coach principal d’Anne-Claire).

Et puis il y a toujours ceux que l’on rencontre surtout dans les évènements, les courses et surtout la TomTom Team :  Djodei, les Lapins Runners, Franck Lolo, l’agence Epic, Ali … L’année dernière je parlais de village, ça n’a pas changé, au contraire. On va même au théâtre ensemble pour y voir l’excellent spectacle de Yohann Metay, la tragédie du dossard 512, expérience vécue de l’UTMB (vous n’avez pas encore vu ce spectacle ?)

Avec Yohann Metay dans la TomTom Team, aux 20 km de Paris

Avec Yohann Metay dans la TomTom Team, aux 20 km de Paris

Le Matos

Vu que c’est un des thèmes évidents du blog, autant aborder encore une fois le problème du matériel et la conséquence sous-jacente du consumérisme.

Commençons par l’essentiel, les chaussures. Fin 2014, je découvrais les semelles oversized d’Hoka One One. Avec les Rapa Nui 2 en trail et les Huaka sur route, je fais quelques mois très content de ces énormes choses. A part peut-être pour leur usure un peu rapide à mon gout. En trail, malgré un travail très régulier de la proprioception, je me tords encore souvent la cheville. Finalement, je délaisse les Hoka et revient vers mes Saucony Xodus 4, puis vers le nouveau modèles Xodus 6.

En démarrant mon entrainement chez XRun, je prends conscience, avec Philippe Hérisson, kiné et fondateur, que je dois vraiment améliorer mon « pied » et ma foulée pataude et bruyante (quoique medio pied). J’ai lu le bouquin de Solarbeg Séhel sur le « Light Feet Running » et je commence à m’intéresser à passer à moins d’amorti. Je teste les Altra Superior 2.0 et leur drop de zéro. Aujourd’hui, ce sont mes chaussures d’entrainement préférées. Une vraie révélation. Le moins que l’on puisse dire est que j’ai appris à sentir le terrain avec cette semelle à l’amorti plus que léger. Altra m’a également proposé de tester également les Lone Peak Neoshell, plus adaptées aux longues distances avec un amorti un peu plus important. A voir, si elle deviennent mes chaussures de course. Pour l’instant, j’ai tendance à jouer la sécurité avec les Xodus. Il s’avère que ma foule s’améliore et que mon talon se pose plus en douceur avec les Lone Peak ce qui donne, bizarrement, moins de douleur post-effort de l’aponévrose.

12142353_936502229730158_1631234662_n

Altra Zero Drop, surement la révélation niveau chaussure pour moi cette année. A confirmer sur 2016.

Pour le reste, j’ai dépensé beaucoup moins d’argent dans les fringues vu que je me rends compte que j’ai pas mal de choses de l’année dernière. Pas d’achat de montre depuis la Suunto ambit 3 Peak. J’ai du par contre, essayer pas mal de systèmes de portage et d’hydratation différents pendant l’année : un porte bidon Salomon Advanced Skin Lab pour mon marathon, une ceinture Flipbelt et un bidon Simple Hydration pour mes entrainements sur route, un sac Raidlight Reponsiv 8L et 6 soft flask différents pour mes trails …

J’ai quand même changé mon Home Trainer pour un TACX Smart bushido compatible Bluetooth (geek un jour …) mais n’est pas eu à acheter de vélo. Enfin presque. Vu que l’on nous a volé nos VTT, j’attends le chèque de l’assurance pour en acheter un neuf. Pour rester dans le matériel à remplacer, mes bâtons perdus lors de ma perte de connaissance au Passerelles, ont fait place à une paire de bâtons Raidliht/Guidetti Carbone.

Pour être complet, mon budget running, comprend aussi pas mal de livres, d’abonnements à des magazines, de soutien à des projets de financement participatif et de t-shirts sympas. Bref, un budget toujours conséquent. Mais j’ai résisté à l’achat de chose aussi primordiale (ben quoi ?) qu’un Compex wireless à 1200 euros. En plus, je teste le petit Bluetens en ce moment même et j’en suis pour l’instant très content.

Je crains que 2016 ne soit pas aussi raisonnable avec, j’espère, la sortie d’une nouvelle Suunto Ambit ou l’achat d’une de ces nouvelles Garmin. Mes premiers tests de développement d’application pour Connect IQ ont attisé le côté obscur du geekisme d’informaticien. Il faudra que je songe à les publier sur le store de la marque d’ailleurs.

Les projets pour 2016

Avant d’aborder une bonne grosse liste de course, il me faut un thème fil rouge comme celui de la gestion de course pour 2015. Cette année, ce sera … la raison.

Non j’rigole.

L'année de la raison commence avec ce petit 128km bien sympathique

L’année de la raison commence avec ce petit 128km bien sympathique

Le thème de cette année sera de faire un peu plus de trail en montagne. Jusqu’à présent, on a souvent « bouffé » de la moyenne montagne, des enchainements de bosses casse pattes. Nous n’avons qu’approché les Alpes ou les Pyrénées. Cette année, le dénivelé sera plus concentré.

Mais l’autre thème, qui était déjà sous jacent mes deux dernières années, est un objectif global pour ma pratique. Je ne serai jamais un coureur rapide. J’ai commencé à 45 ans avec une VMA de 13,5 km/h. Mais je suis plus attiré par le long. En 2014, j’ai subi les 72 km de la Saintélyon. En 2015, je finis le Grand Trail des Templiers de 75 km dans une bonne forme. En 2016, je voudrais consolider ma pratique des trails de 70-75 km et voir mes progrès sur 40-50. Et bien sur dépasser le seuil psychologique des 100 km.

D’ailleurs, je vais vite être fixé sur ce dernier souhait avec notre premier objectif de l’année : l’Ultra-Trail d’Angkor, le 23 janvier. L’objectif est de finir, si possible ensemble avec ma chérie. Et de se faire plaisir à courir dans un endroit magique. Un trail touristique très éprouvant donc. A noter, que ce trail est très plat. Le terrain, par contre, n’est pas forcément facile avec du sable, de l’eau …

Le reste de l’année sera plus axé sur ma progression et un entrainement fait pour améliorer ma pratique.

  • 27 Mars : Trail des Citadelles  (Lavelanet, Ariège)— 40 km, 2000m D+ – j’ai adoré la boue de 2015 même si c’était dur pour mon niveau. Je retourne faire la même distance cette année. Il est avancé dans la saison donc il risque d’y avoir des conditions encore plus dures. Boue bien sur mais aussi neige. Objectif : faire moins de 7h avec à peine un peu plus d’un mois de préparation spécifique, pour cause de vraie coupure après Angkor.
  • 29 Mai : Marathon Race (Annecy) – 42 km, 2780 m D+ – Terrain typique des Alpes pour démarrer l’apprentissage dans le thème de l’année. Objectif : on verra.
  • 7 Aout : EDF Cenis Tour – Trail noir 73km, 3430 m D+ – Le premier gros objectif trail de l’année pour mesurer mes réels progrès sur une telle distance. Objectif : finir vivant et si possible dans un meilleur temps que les Templiers cette année.
  • 23 Octobre : Festival des Templiers – Endurance Trail – 100 km, 4510 m D+ (ah oui quand même). De la moyenne montagne bien « hard » parce que j’adore le coin, l’ambiance du festival et que c’est un bon objectif pour espérer un jour aller vers un Ultra format XL (168 km, probablement l’UT4M). Objectif : survivre, passer l’arche et rouler une gamelle à Chauchau.

Bien sur, tout dépend de l’état de forme après Val Cenis. Et je n’exclus pas de préférer finalement un marathon d’automne si j’ai une belle opportunité. Mais je me connais, même si j’ai vraiment envie de refaire un marathon, il me faut au moins les USA ou un major pour me faire décoller du trail.

Je ne prévois que ces 5 courses majeures mais bien sur, je sais que je ferai d’autres petits trails et un peu de route. Je pense que la Runnosphère ou XRun me proposeront des sorties communes sympas. Et même si je n’ai pas mis, pour une fois, le Lozère Trail (14 mai), je n’exclus pas d’y aller si Anne-Claire le fait et surement de faire le 25 km que je n’ai finalement jamais fait. Dans le même ordre d’idée, les courses auxquelles nous sommes attachés, l’Alesia Trail, notre petit week-end bourguignon en amoureux, sera surement possible. Faire ce trail un mois avant les Templiers était bien intégré dans ma préparation. En plus, il y fait toujours beau. A voir si je refais le 34 km pour jauger mes progrès ou si je tente le 51 km en prépa de l’Endurance.

Et bien sur, je me réserve un vrai examen de la forme mais n’exclut absolument pas de refaire enfin la Saintélyon.

Pour les courses sur route, ce sera comme d’habitude opportuniste, pour l’ambiance ou pour tenter un RP sur 10 km. Et j’espère bien faire les 20 km de Paris pour la 5ème fois. J’ai quand même pris des petites habitudes de vieux en 3 ans non ?

Sinon on a découvert un endroit magique et futur terrain de jeu pendant nos vacances ... les Açores. On a testé une partie du parcours de l'Azores Trail Run et on le met dans un coin de notre tête pour une prochaine année.

Sinon on a découvert un endroit magique et futur terrain de jeu pendant nos vacances … les Açores. On a testé une partie du parcours de l’Azores Trail Run et on le met dans un coin de notre tête pour une prochaine année.

7 Comments on “Bilan 2015 : et de 3 !!!

  1. Waouh, une belle année 2015 pour vous 2 : félicitations.

    Je te croise 1fois voir 2 par an et j’adore notre moment photo lors des 20km de Paris.

    Je vous souhaite une belle année et rendez-vous en juin lors de la course du château de Versailles sinon en octobre pour notre course anniversaire (20km de Paris)

    À très
    Ludo

    • Yes c’est toujours un plaisir de se croiser lors des évènements Tomtom team ou autres. Versailles ce ne sera pas possible pour moi cette année encore. Dommage, j’adore cette course. Mais les 20 km, oui bien sur.

      Bonnes fêtes à toi et toute ta famille !!!

  2. hmmm le 100k des templiers, par contre la saintélyon derrière, t’es chaud toi 🙂

    • J’ai dit sous réserve de ma forme. Et puis rien ne dit que j’arrive au bout de l’Endurance Trail donc il me faut un plan B.

  3. Moi aussi je te dois beaucoup… et j’ai aussi un gros objectif en 2016 même si nos chemins ont un peu dévié 🙂

    • On te souhaite que du bon pour ton objectif (de malade mental) et ton blog. Et on te remercie jamais assez pour l’idée d’aller aux Açores. On se voit minimum au salon du running, comme d’hab’ ?

Répondre à Tom Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Strava de J.G.